Chargement...
Chargement...

Le jardin, terre de rêve en suspens entre terre et ciel ou La source, le mont, l'arbre et l'oiseau (serpent) : essai de lecture des prémices imagées du jardin dans l'art de la Haute Antiquité du Moyen-Orient. Volume 1

Auteur : Gérard Desnoyers

Paru le : 24/03/2015
Éditeur(s) : Myrobolan éditions
Collection(s) : Imaginaire du jardin
Contributeur(s) : Non précisé.

28,00 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Les représentations du jardin dans l'art moyen-oriental de la Haute Antiquité permettent de comprendre la façon dont chacun envisageait cet espace comme une terre de rêve : jardin funéraire en Egypte, jardin du prince en Mésopotamie, jardin-paradis en Iran, etc. ©Electre 2017

Quatrième de couverture

Terre de jouvence, le jardin exalte le renouveau continu de la nature dans ses rythmes et ses manifestations, en prise avec le grand agencement cosmique qui à la nuit fait succéder le jour, à l'ombre la lumière, à la mort la vie, dans une régénération continue. Terre matricielle, il accueille en son sein la figure de l'énigme par excellence : le surgissement de la vie qui porte en elle les germes de son déclin et conduit à la mort, annonciatrice d'une nouvelle vie dont témoigne le cycle annuel de la végétation. Terre matricielle de jouvence, en phase avec le grand cycle cosmique de l'ombre et de la lumière dont la végétation est emblématique dans son devenir cyclique, le jardin est l'emblème de la métamorphose et de la création permanente au coeur de la mutation universelle. Espace matriciel du surgissement de la vie, le jardin est un espace médian qui sépare et unit la potentialité et son actualisation, le non-être et l'être, l'ombre et la lumière ; le retour au non-être, à la potentialité, à l'indéterminé étant le passage nécessaire conduisant à un nouvel accomplissement, au renouvellement et à la régénération. Énigme qui fait du jardin à la fois un lieu de dissolution, d'absorption dans le non-être et d'éternel renouveau de l'être. C'est cette énigme, ancrée au plus profond des représentations du monde du cosmothéisme de la Haute Antiquité du Moyen-Orient, portant sur la dissolution et le renouvellement, sur la récurrence au coeur de la mutation universelle de la vie, qui flue en un dépassement toujours dépassé, que nous nous proposons d'accompagner, au gré des questionnements et des réponses que les grands foyers de civilisation qui ont rêvé les jardins : l'Égypte, la Mésopotamie, la Grèce et l'Iran, lui ont apporté entre la fin du Néolithique (VIIe-VIe millénaire) et l'avènement de l'empire perse, qui déploie sa domination sur l'ensemble du Moyen-Orient à la charnière des VIe et Ve siècles avant notre ère. Notre propos ne sera pas de retracer l'histoire de l'art des jardins dans ces aires de civilisation, mais de les interroger, au long de leurs parcours, afin d'appréhender la façon dont chacune rêva le jardin, pour en faire - à l'aide d'une tétrade de signes conventionnels : la source, le mont, l'arbre et l'oiseau (serpent) - le symbole d'une «Terre de rêve», «en suspens entre terre et ciel», qu'elle soit «jardin funéraire», en Égypte, «jardin du prince» ou «jardin du philosophe», en Mésopotamie et en Grèce, ou encore «temple-dans-un-bosquet» ou «jardin-paradis» en Élam ou en Perse, sur le Plateau iranien.

Fiche Technique

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 502

Hauteur : 24 cm / Largeur : 17 cm

Épaisseur : - cm

Poids : - g