Chargement...
Chargement...

Quand la peinture se joue des portes... : sur des oeuvres de Degas, Fragonard, Salviati et Vallotton

Auteur : Edouard Dor

Paru le : 19/09/2013
Éditeur(s) : M. de Maule
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Esthétique
Contributeur(s) : Non précisé.

20,00 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus
pdf
14,00 €
Protection: Adobe DRM
Acheter en numérique

Résumé

L'auteur apporte un éclairage sur le rôle attribué aux portes dans les oeuvres de Degas, Fragonard, Salviati et Vallotton. Il observe qu'elles se retrouvent régulièrement au coeur d'un affrontement homme-femme. ©Electre 2017

Quatrième de couverture

Dans toute l'histoire de la peinture - de Masaccio à Matisse, de Vermeer à Vuillard -, les artistes ont joué avec les portes, à la symbolique manifeste et mystérieuse. La porte qui sépare deux endroits, deux univers, deux mondes (la réalité et le rêve, la vie et la mort, etc.), qui les isole, mais qui, dans le même temps, est le lieu de passage de l'un à l'autre et dont le seuil découpe le temps : l'avant et l'après son franchissement. Bref, la porte est intimement liée à notre vie, elle en sépare le côté privé de son aspect public. On comprend dès lors l'importance que peut prendre sa representation dans un tableau, qu'elle soit inconsciente ou parfaitement réfléchie. En analysant des oeuvres de Degas, Fragonard, Salviati et Vallotton, l'auteur fait voir le rôle de ces portes que l'on distingue souvent mal dans les compositions, mais qui sont essentielles à leur compréhension, à chaque fois au coeur d'un affrontement homme-femme. Comme si les artistes voulaient souligner, par le battement d'une porte, le côté éphémère et l'inconstance des relations entre les deux sexes. Comme s'ils renvoyaient brutalement chacun d'entre nous à son incommensurable solitude... à l'image de ce qu'Adam et Ève ont dû ressentir lorsque s'est refermée sur leurs talons la première des portes, celle du Paradis. Edouard Dor a notamment publié aux éditions Sens et Tonka : L'Ennui des deux Vénitiennes [Sur un tableau de Carpaccio] (2006), Les Couilles d'Adam [Sur une fresque de Masaccio] (2007), Une inquiétante étrangeté [Sur trois tableaux : Véronèse, Manet, Matisse] (2008), Le Concert [Sur l'ultime tableau de Nicolas de Staël] (2010), Énigme de la mélancolie [Sur un tableau de Pontormo] (2011). Il a également publié aux éditions Michel de Maule Quand penser en Chine se disait Mao (2012) dans la collection « Je me souviens » et Sur les Barques de Braque (2013).

Fiche Technique

Paru le : 19/09/2013

Thématique : Histoire de la peinture

Auteur(s) : Auteur : Edouard Dor

Éditeur(s) : M. de Maule

Collection(s) : Esthétique

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-87623-519-6

EAN13 : 9782876235199

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 83

Hauteur : 22 cm / Largeur : 17 cm

Épaisseur : 1,1 cm

Poids : 268 g