Chargement...
Chargement...

André Fougeron (1913-1998) : à l'exemple de Courbet

Auteur : Bernard Ceysson

Auteur : Loïc Bénétière

Auteur : François-Marie Ceysson

Paru le : 05/05/2005
Éditeur(s) : Somogy
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Non précisé.

23,00 €
Article indisponible
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Le peintre réaliste André Fougeron, militant communiste, fait scandale avec son manifeste contre l'abstraction et sa défense d'un art pour le peuple et le tableau Les Parisiennes présenté en 1948 au Salon d'automne. Son style évolue vers la figuration narrative et en 1976 il rend hommage à Courbet en réutilisant ses thèmes. Publié à l'occasion de l'exposition présentée à Luxembourg et Pau en 2005. ©Electre 2017

Quatrième de couverture

André Fougeron est l'un des grands peintres réalistes français du XXe siècle. Militant communiste, résistant, il est, à la Libération, l'un des plus prometteurs de ces jeunes peintres dont l'art inscrit la tradition française dans la modernité. Sa peinture, comme celle de Pignon ou de Gischia, se démarque pourtant de la peinture non-figurative et se caractérise par un dessin stylisé et expressif. Prix national des arts en 1946, Fougeron présente au Salon d'automne de 1948, à contre-courant, un tableau Les Parisiennes au marché qui donne à voir les prémices d'un «nouveau réalisme». Un manifeste, «Le peintre à son créneau», précise son ambition de combattre l'art abstrait, le marché de l'art, l'art pour l'art et invite les artistes à pratiquer un art pour le peuple, au service du peuple. Tableau et manifeste font scandale. Fougeron devient alors, pour la critique bourgeoise et pour les communistes, l'incarnation du réalisme socialiste. Mais son art ne se plie pas aux dogmes de l'art stalinien. Critiqué par les historiens d'art soviétiques, il l'est aussi par Aragon. Il n'en poursuit pas moins son activité et peint des séries d'oeuvres réalistes «politiques» annonçant la Figuration narrative. Aujourd'hui ses oeuvres peintes entre 1948 et 1953, puis celles peintes en 1976 et 1977, nous apparaissent, en France, avec celles d'Hélion ou de Balthus, comme les plus radicalement en rupture avec l'art de Paris, avec un art français plaisant et décoratif. Son réalisme «photographique» annonce l'usage militant que font, de la vidéo et de la photographie, de nombreux artistes contemporains.

Fiche Technique

Paru le : 05/05/2005

Thématique : Histoire de la peinture

Auteur(s) : Auteur : Bernard Ceysson Auteur : Loïc Bénétière Auteur : François-Marie Ceysson

Éditeur(s) : Somogy

Collection(s) : Non précisé.

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-85056-864-3

EAN13 : 9782850568640

Format : Non précisé.

Reliure : Cartonné

Pages : 95

Hauteur : 24 cm / Largeur : 23 cm

Épaisseur : 1,2 cm

Poids : 575 g