Chargement...
Chargement...

Paradjanov le magnifique : exposition, Paris, ENSBA, 13 février au 8 avril 2007

Paru le : 09/03/2007
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Directeur de publication : Henry-Claude Cousseau

15,00 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

A l'occasion d'Arménie mon amie, saison arménienne en France organisée par l'AFAA, l'Ecole nationale supérieure des beaux-arts de Paris propose une exposition de soixante-dix collages et de nombreux films, réalisés entre 1970 et 1990, du cinéaste arménien Serguei Paradjanov. ©Electre 2018

Quatrième de couverture

L'exposition Paradjanov le magnifique, du célèbre cinéaste, dans le cadre de la saison Arménie mon amie, Année de l'Arménie en France, permet de montrer pour la première fois en France les oeuvres et les films sur l'art du cinéaste arménien Sergueï Paradjanov. En présentant de nombreux films et plus de soixante-dix oeuvres, réalisées entre 1970 et 1990, (dessins, collages, photomontages, objets, sculptures) rassemblées par grandes thématiques (Les Autoportaits, Les Icônes, Les OEuvres de l'enfermement, Le Cinéma, Les Épisodes de la vie de La Joconde, Les Chefs-d'oeuvre des années quatre-vingt, Les Chapeaux, les Films), paradjanov le magnifique a pour ambition de souligner la complexité et la richesse de la relation que cet artiste entretient avec l'image. (...) Paradjanov, dans ses films ou dans ses collages, entretient un lien étroit avec l'histoire de l'art, qui ne saurait nous laisser indifférent. Il précisait : «Dans mes films, les gens ne se parlent pas, on a l'impression qu'ils sont tous sourds et muets. C'est vrai, mais dans la peinture aussi, les gens se regardent, mais ne se parlent pas. Dans une fresque religieuse, la Vierge ne parle pas à Jésus, pas plus que les anges. La peinture est muette, mes films aussi...». Le cinéaste, qui revendiquait une vraie passion, «créer une dynamique dans une image statique», appliquait tant cette méthode à ses montages d'images fixes qu'à ses films, comme l'a si justement souligné Sofiko Tchiaourelli, l'une de ses actrices principales : «chaque cadre de Paradjanov était un tableau. Il pouvait prendre le moindre morceau de tissu, déplacer de quelques centimètres un accessoire et créer ainsi une image d'une beauté et d'une force étonnantes.» (Extrait de la préface d'Henry-Claude Cousseau)

Fiche Technique

Paru le : 09/03/2007

Thématique : Dessin - Gravures - Estampes

Auteur(s) : Non précisé.

Éditeur(s) : Ecole nationale supérieure des beaux-arts de Paris

Collection(s) : Non précisé.

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-84056-224-3

EAN13 : 9782840562245

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 243

Hauteur : 27 cm / Largeur : 20 cm

Épaisseur : 2 cm

Poids : 1075 g