Chargement...
Chargement...

De Ledoux à Le Corbusier : origine et développement de l'architecture autonome

Auteur : Emil Kaufmann

Paru le : 01/06/2002
Éditeur(s) : Ed. de la Villette
Série(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Traducteur : Guy Ballangé - Collaborateur : Ruth Ballangé - Préfacier : Hubert Damisch - Postfacier : Daniel Rabreau - Commentateur de texte : Meyer Schapiro

19,00 €
Article indisponible
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Développe l'idée que l'architecture de la période révolutionnaire constitue une rupture avec la tradition issue de la Renaissance. Souligne le passage au cours de cette période d'une architecture hétéronome à une architecture autonome qui se traduit par l'indépendance des parties de l'édifice et des édifices entre eux. ©Electre 2017

Quatrième de couverture

Publié pour la première fois à Vienne en 1933, à l'heure où les avant-gardes succombaient sous le joug du nationalisme, l'essai d'Emil Kaufmann De Ledoux à Le Corbusier, origine et développement de l'architecture autonome proposait une interprétation inédite de l'architecture moderne. L'auteur considère que la rupture avec la tradition issue de la Renaissance, clamée par le Mouvement moderne, est déjà présente dans l'architecture de la période révolutionnaire du XVIIIe siècle. Aussi, puisque mieux que tout autre Claude-Nicolas Ledoux incarne cette rupture, il s'emploie, avec la force de la conviction, à le tirer de l'oubli. Soulignant que l'on assiste, avec cette période, à l'éclatement de l'«enchaînement» baroque, Kaufmann identifie le passage d'une architecture hétéronome à une architecture autonome. Le concept d'autonomie de l'architecture constitue la clé de voûte de sa démonstration. Cette autonomie se traduit par l'indépendance des parties de l'édifice et des édifices entre eux, par la liberté des dispositions intérieures, par le recours à la géométrie élémentaire. Déterminées par une logique tectonique, les formes se libèrent des lois étrangères à l'univers de l'architecture que sont celles des ordres, en raison de leur caractère anthropomorphique, ou celles provenant de la doctrine du beau. Kaufmann tente également d'établir une filiation entre les formes architecturales et les structures sociales. Ainsi, dans les aspects formels des projets de Ledoux, il discerne des analogies avec la structure de la nouvelle société bourgeoise. Formée d'individus isolés et libres, cette dernière se refléterait dans l'architecture pavillonnaire, également appelée «système des blocs». L'œuvre de Ledoux n'a plus rien de commun, selon Kaufmann, avec le néo-classicisme de ses contemporains, et sa parenté profonde avec l'architecture du XXe siècle n'est ni formelle, ni accidentelle. A la différence de nombreux écrits des années 1920 et 1930, De Ledoux à Le Corbusier n'est pas une recherche sur la généalogie ou les sources du Mouvement moderne à des fins de légitimation, mais un essai théorique et prospectif. Comme l'indique Hubert Damisch dans la préface, Kaufmann s'interroge sur ce qui constitue l'architecture non seulement en objet d'histoire, mais aussi en objet de pensée.

Fiche Technique

Paru le : 01/06/2002

Thématique : Monographies d'architectes Autres pays

Auteur(s) : Auteur : Emil Kaufmann

Éditeur(s) : Ed. de la Villette

Collection(s) : Textes fondamentaux modernes

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-903539-59-6

EAN13 : 9782903539597

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 111

Hauteur : 28 cm / Largeur : 20 cm

Épaisseur : 0,9 cm

Poids : 445 g