Chargement...
Chargement...

Isabelle Alonso 1

Publié le 01/01/2014
Je mourrai une autre fois, aux éditions Héloïse d'OrmessonAu « 91 », rue Porte-Dijeaux
1931. La Seconde République d'Espagne est proclamée sous les yeux ébahis de Gelín, surnom affectueux d'Angel Alcalà Llach. Bercé par les idéaux libéraux, égalitaristes et anticléricaux de ses aïeux, le petit garçon de huit ans croit corps et âme en cette « République-providence » qui sonne la fin de l'asphyxie sociale. « Le peuple vient de gagner. Sans coup de feu. Proprement. C'est la fin de la misère, de l'injustice et de l'ignorance », lui annonce son père. La vie est alors douce à Madrid. Le soir, les parents jouent aux échecs au son de la gramola, le tout nouveau tourne-disque. Après ces années d'effervescence et de liesse, la montée de l'extrême droite vient saper les espoirs de la famille. Alors adolescent, Gelín, s'engage dans la résistance pour « botter le cul des fachas » et lutter contre la vermine phalangiste. Dans les rangs de l'armée républicaine, ses nobles convictions se heurtent à la réalité du champ de bataille. Dépouillé de ses illusions, Gelín n'aura plus que l'amitié de ses compagnons d'infortune et son amour inébranlable de la liberté pour ne pas sombrer. Sous les traits de ce jeune idéaliste, témoin forcé d'un drame humain et politique que sa naïveté adolescente refusera jusqu'au bout d'accepter, Isabelle Alonso donne vie à un grand roman espagnol. Conte initiatique, Je mourrai une autre fois est le récit tendre et émouvant d'un monde fracassé par une guerre fratricide, d'un conflit que le reste de l'Europe, tourné vers l'Allemagne, a préféré ignorer, et d'un peuple, qui s'est senti trahi par l'Histoire.
Chargement...