Chargement...
Chargement...

La paix des ménages : histoire des violences conjugales, XIXe-XXIe siècle

Auteur : Victoria Vanneau

Un coup de coeur de Mollat

Victoria Vanneau, historienne du droit se plaît, avec beaucoup d'intelligence, à revisiter l'histoire de notre société, apportant ainsi un regard neuf et toujours pertinent.

L'objet de son nouveau livre touche ici à l'intimité et en particulier celle du couple.
Au XIXe, ce qui se passe entre les époux doit, y rester ; les murs, les voisins, la police, pour tous, le silence est de mise. Il est alors difficile pour les juristes d'intervenir lorsque des histoires de violences conjugales apparaissent parmi leurs dossiers. Mais à force de persévérance, les affaires se font de plus en plus connaître. La parole se libère par la rumeur, une lettre de dénonciation, les témoignages directs puis ceux des victimes elles-mêmes.

Le travail des magistrats et juristes est sensible, ils avancent à tâtons, précautionneusement. En effet, comment faire basculer ces violences liées au droit civil (le mariage) au droit pénal, autorisant ainsi à juger et condamner les coupables ?

Les obstacles sont multiples, à commencer par les victimes elles-mêmes. Entre devoir et peur, souvent elles se rétractent ou insistent pour qu'il n'y ait pas de sanction. Mais les hommes de loi insistent, chaque affaire permettant d'avancer et de créer au fil du temps un système pénal général. Le « droit de correction » perd de sa légitimité, la société est de plus en plus choquée par ces abus de violences et la fin du « siècle des Codes » voit davantage les interrogatoires se répandre que l'annulation d'une plainte.

C'est véritablement l'obstination des magistrats à vouloir juger et punir les agresseurs qui permit de défendre de mieux en mieux les victimes. En recourant à la médecine avec le développement des analyses post-mortem, en passant par la reconstitution des faits et à la prise en compte des événements passés, c'est toute une hiérarchisation, fine et précise, des informations qui s'instaure.

Écrire sur les violences conjugales, c'est montrer l'évolution de nos structures sociales depuis deux cent ans, les valeurs d'égalité (entre époux, devant la loi) et l'émancipation des femmes (majoritairement victimes). Ce texte souligne également combien le droit est essentiel pour bâtir et structurer une société, combien il permet le vivre ensemble.

Vous apprendrez sans nul doute beaucoup de choses à la lecture de ce livre, dont il faut évoquer la beauté en tant qu'objet.

Publié chez la toute nouvelle maison d'édition de sciences humaines, Anamosa, laissez-vous séduire par cette maquette astucieuse et novatrice (pas besoin de marque page, il est incorporé au livre), la qualité du papier, de la présentation. Plaisir et confort sont au rendez-vous pour vous procurer une véritable expérience de lecture, sur le fonds comme sur la forme.

Une réflexion inédite et brillante qui piquera votre curiosité !
24,00 €
Chargement...
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

L'historienne du droit explicite la place du droit dans le processus de pacification des moeurs cher au XIXe siècle, et qui se poursuit aujourd'hui. Nourri de nombreuses affaires de violences conjugales, l'ouvrage traduit la difficulté de saisir ces violences bien particulières où les victimes ne sont pas toujours celles que l'on croit, les hommes battus existant également. ©Electre 2022

« Quoi donc ! La justice au pied du lit ! » L'exclamation résume à elle seule le lent travail de compréhension, d'appréciation et d'encadrement de ces brutalités bien particulières que sont les violences conjugales.

Devenue un « fait de société », la question des violences conjugales avance aujourd'hui lestée de chiffres, mais aussi d'une « belle » mythologie : nous autres modernes serions les premiers à lutter contre elles, à les juger réprouvables et même à les punir.

À l'heure où les historiens s'emploient à revisiter la place de l'État dans l'organisation des sociétés, ce livre est une contribution majeure à la compréhension historique de la place du droit et de la justice dans le processus de pacification des moeurs qui tenaille tant la France depuis le XIXe siècle. Nourri des centaines de cas de violences conjugales dont la justice n'a pas cessé d'être saisie, il plonge le lecteur au coeur des tribunaux et fait le pari de se placer au plus près des magistrats qui traitent ces affaires. En montrant comment on s'y prenait, jadis, pour punir les « maltraitements » domestiques, cet ouvrage entend alimenter les débats citoyens et lutter contre les idées reçues : non, le XIXe siècle ne fut pas celui du « droit de correction » du mari sur son épouse, et sans doute, ayant su faire de ces violences un « fait de droit » et non pas un « fait de société », savait-il mieux les réprimer qu'aujourd'hui.

Contenus Mollat en relation

Vidéos

Chargement...

Vidéos

Chargement...

Événements

Chargement...

Sélections de livres

Chargement...

Sélections de livres

Chargement...

Dossiers

Chargement...

Dossiers

Chargement...

Articles blog Littérature-Sc.Humaines

Chargement...

Podcasts

Chargement...

Fiche Technique

Paru le : 03/03/2016

Thématique : Sociologie de la famille et des générations

Auteur(s) : Auteur : Victoria Vanneau

Éditeur(s) : Anamosa

Collection(s) : Non précisé.

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 979-10-95772-01-9

EAN13 : 9791095772019

Reliure : Broché

Pages : 363

Hauteur: 22.0 cm / Largeur 14.0 cm


Épaisseur: 2.9 cm

Poids: 480 g