Chargement...
Chargement...

Claude Nougaro, auteur

75_claude-nougaro-auteur
Publié le 05/03/2004
Taureau de Toulouse, Claude Nougaro est décédé hier, à l'âge de soixante-quatorze ans. Chanteur, interprète, il était également l'un des auteurs les plus marquants de ce temps.

 Gigantesque bébé aux courte mains sales
je le connus tantôt au café des magots
Le regard barricadé de carreaux
Aussi noirs que la nuit où il gît sous la dalle...

Cette strophe ouvrant son hommage à Jacques Audiberti le dit mieux que dix thèses, Nougaro chanteur c'était Nougaro poète . L'homme mort hier dans sa soixante-quatorzième année laisse des chansons mais aussi des musiques et des mots à dire et à chanter.

Né en 1929, à Toulouse comme chacun le sait, Claude Nougaro, fils de Pierre, baryton lyrique et de Liette, pianiste, se destine d'abord à la poésie puis au journalisme. Fou de musique, de Jazz en particulier, il écrit ses premiers poèmes alors qu'il est encore pensionnaire à Vichy. Ravel et Don Byas sont ses inspirateurs.

C'est à Paris, où il est « monté » faire ses classes de journaliste que le "petit taureau" rencontre pour sa première interview celui qui deviendra son père spirituel Jacques Audiberti. Ce dernier l'encourage à montrer et lire ses poèmes.

De poète il devient parolier. Les années cinquante le voient associé à plusieurs compositeurs dont Jean-Michel Arnaud et Michel Legrand avec lesquels il écrit pour divers interprètes de renom dont Odette laure, Marcel Amont... Il commettra même un tube « Les pantoufles à papa » grâce à Philippe Clay. Auteur mais aussi interprète, puisqu'il passe derrière le micro en 1958 pour son premier album qui contient déjà une perle : Le piano de mauvaise vie.

En 1962 naît le « style Nougaro ». Au beau milieu des années Twist naît le plus jazzy des chanteurs français. Eddy Louis, Michel Legrand, sont là qui assurent rythmique et swing d'enfer. Cette année là c'est Je suis sous(sous, sous, sous ton balcon...), Le Jazz et la Java, Le cinéma. Cette année là, Claude Nougaro devient vedette.

Suivront quarante années de carrière marquées de coups de tonnerre, d'éclipses et de retours flamboyants – le triomphe de Nougayork en 1988 qui le voir revenir au devant de la scène show-bizz sera son dernier coup d'éclat. Partagé entre tradition et nouveautés, engouements politico-artistiques- le brésil des années 70- et découvertes – le funk-rock de Nile Rogers, Nougaro a , au delà de ses musiques, imprimé un rythme sourd et profond a toute son oeuvre discographique : celui de sa voix et de la parole qu'elle porte, pétrie de Gascogne et d'Occitanie, de roulements et de percussions, de pirouettes virtuoses et de triomphes. Tour à tour taureau et torero. Cette voix que son ami l'écrivain Christian Laborde prétend née de l'enfance du petit Toulousain rebelle, chantante et syncopée, résonne bien loin des scènes et loin des platines, dans les phrases lues ou chantées de ses textes. De récents recueils sont là pour en témoigner qui, s'adressant au profane comme à l'amateur pointilleux, permettront la découverte aussi bien que l'exégèse d'une oeuvre de mots riches de sons longtemps inouïs en français.

Nougaro a chanté le monde, au Monde désormais de chanter Nougaro.

 

 

 

Sources :

www.nougaro.com, le site officiel
claude.nougaro.free.fr, un site de fan d'où est issue la biographie détaillée de l'artiste.

Pour plus d'informations sur le chanteur : Mollat Musiques


ET...

Il se trouvera forcément, parmi les 15 000 manifestations prévues à cette occasion, quelqu'un pour dire quelques vers de Nougaro. Le sixième Printemps de Poètes aura lieu du 8 au 14 mars. Que vous aimiez le slam ou Louise labbé (ou que vous slammiez du Louise Labbé, ça vous regarde...), il y aura là certainement de quoi faire votre bonheur. Poètes, à vos lyres !

Pour plus de renseignements cliquez ici