Chargement...
Chargement...

Pour un week-end à Paris...

33403541_pour-un-week-end-a-paris
Publié le 29/12/2011
Boris Vian, Armures samouraï, Âmes de maoris, Edvard Munch, Cité Interdite, Diane Arbus, Des jouets et des hommes, les Stein, l'Angleterre d'Oscar Wilde : huit expositions exceptionnelles qui prennent fin en janvier ou huit bonnes raisons d'aller fouler le sol parisien pour débuter l'année 2012 !
Exposition Boris Vian, à la BNF, jusqu'au 15 janvier
Retour sur les traces de l'écrivain Boris Vian, de Saint-Germain-des-Prés au Collège de pataphysique en passant par les clubs de jazz et les cafés fréquentés par les intellectuels engagés tels que Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir.

Exposition Armures du guerrier : armures samouraï, au Quai Branly, jusqu'au 29 janvier
Cette exposition rassemble d'exceptionnelles armures de guerriers japonais appartenant à la collection de Gabriel Barbier-Mueller, dont la majorité date de l'ère Tokugawa, période Edo, 1602-1867. Elle témoigne de l'univers et de la place du guerrier samouraï dans la société japonaise au fil des siècles.

Maori : leurs trésors ont une âme, au Quai Branly, jusqu'au 22 janvier
Cette exposition offre un aperçu d'une culture traditionnelle, celle des Maori, qui répond aux défis de la modernité. Il mêle des symboles et objets emblématiques traditionnels et contemporains avec des réflexions sur l'histoire de la Nouvelle-Zélande, éclairant les valeurs qui guident l'expression culturelle et politique de ce peuple.

Edvard Munch, l'œil moderne, au Centre Georges Pompidou, jusqu'au 9 janvier
Sélection de peintures, dessins, gravures, photographies et sculptures de l'artiste, principalement des œuvres tardives, illustrant l'influence de la photographie et du cinéma sur sa production picturale, ainsi que son intérêt pour l'art de son temps.

La Cité interdite au Louvre : empereurs de Chine et rois de France, au Palais du Louvre, jusqu'au 9 janvier
Une sélection de chefs-d'œuvre chinois, peintures, porcelaines, jades, etc. L'exposition met l'accent sur l'histoire des deux palais, le Louvre et la Cité interdite, les figures des principaux empereurs étant présentées parallèlement à celles des principaux rois collectionneurs ou bâtisseurs. Elle témoigne de huit siècles d'échanges culturels et artistiques.

Diane Arbus : une chronologie, 1923-1971, au Jeu de Paume, jusqu'au 9 janvier
A partir de l'importante correspondance qu'entretenait Diane Arbus avec ses amis, sa famille et ses confrères, mais aussi de ses carnets personnels et d'autres écrits inédits, l'exposition révèle les pensées, motivations et stratégies de la photographe. Organisée autour des grands moments de sa vie et de son travail, elle offre une vision intime de la femme qu'elle a été et de son univers.

Des jouets et des hommes, au Grand Palais, jusqu'au 23 janvier
A travers les jouets présentés, de différentes époques et provenances, cette exposition offre une analyse de la fascination qu'ils exercent sur les adultes et les enfants.

Matisse, Cézanne, Picasso... : l'aventure des Stein, au Grand Palais, jusqu'au 16 janvier
Les Stein : Gertrude, écrivain d'avant-garde et ses frères Léo et Michael, sont les premiers acheteurs de Matisse et Picasso. L'exposition permet de mettre en lumière les liens de cette famille avec les mouvements artistiques avant-gardistes.

Beauté, morale et volupté dans l'Angleterre d'Oscar Wilde, au musée d'Orsay, jusqu'au15 janvier
En réaction au matérialisme régnant en Angleterre au début du XIXe siècle, un mouvement artistique se lança à la recherche d'un nouvel idéal de beauté. L'esthétisme, à travers les œuvres de Rossetti, Whistler ou Burne-Jones, chercha la beauté absolue dans la peinture, la sculpture ou la poésie, et habita bientôt l'ensemble des arts décoratifs.



Photographie : © Xiongmao - Fotolia.com
Chargement...