Chargement...
Chargement...

Quand Fassbinder rencontrait Nabokov...

49525978_quand-fassbinder-rencontrait-nabokov
Publié le 02/04/2012
La sortie au cinéma de la version restaurée du film « Despair » du grand réalisateur allemand R. W. Fassbinder (visible à l'Utopia dés le 11 avril) nous donne l'occasion de revenir sur l'œuvre non mois importante qui inspira ce long métrage : La méprise de Vladimir Nabokov.
Hermann Hermann est un propriétaire d'usine de chocolat, d'origine russe, dans l'Allemagne du début des années 1930. Partageant ses fantasmes et ses perversions avec sa femme Lydia, il est hanté par des visions de son double. Pendant un voyage d'affaires, il rencontre le vagabond Felix et voit en lui son sosie qui lui inspire un plan risqué : Felix et Hermann vont échanger leurs rôles dans la vie…

Felix alias Humbert dans le livre originel de Nabokov...

« La méprise, dans un esprit de parenté absolu avec le reste de mes livres, n'a aucun commentaire social à faire, ni aucun message à accrocher entre ses dents. Ce livre n'exalte pas l'organe spirituel de l'homme et n'indique pas à l'humanité quelle est la porte de sortie. Il contient bien moins "d'idées" que tous ces plantureux et vulgaires romans que l'on acclame si hystériquement dans la petite allée des rumeurs entre les balivernes et les huées. (...) Hermann et Humbert sont identiques comme deux dragons peints par le même artiste à différentes périodes de sa vie peuvent se ressembler. Tous deux sont des vauriens névrosés ; cependant il existe une verte allée du Paradis où Humbert a le droit de se promener à la nuit tombée une fois dans l'année ; mais l'Enfer ne mettra jamais Hermann en liberté surveillée. » Vladimir Nabokov
Chargement...