Chargement...
Chargement...

Si Marilyn m'était conté...

59134895_si-marilyn-m-etait-conte
Publié le 31/07/2012
5 août 1962, le corps sans vie de Marilyn Monroe est découvert dans sa villa de Los Angeles. 50 ans après, la légende de l'égérie hollywoodienne n'a de cesse de grandir, de fasciner et d''inspirer...
Source artistique inépuisable, la plus célèbre des blondes, qui inspirait réalisateurs et photographes en son temps, nourrit désormais la plume de nos écrivains contemporains. Voici trois romans, salués par la critique par comme par le public, sont issus de notre dossier « Aimez-vous Marilyn ? », remis à jour pour l'occasion.


Vie et opinions de Maf le chien et de son amie Marilyn Monroe d'Andrew O'Hagan
Élevé par une sœur de Virginia Woolf, recueilli par la mère de l'actrice Natalie Wood puis récupéré par Sinatra, le bichon Maf échoit finalement à Marilyn Monroe, qu'il accompagnera durant les deux dernières années de sa vie. Il l'aide à surmonter les difficultés de la vie : sa séparation d'avec Arthur Miller, son manque de confiance en elle, aussi bien dans sa vie personnelle que professionnelle. Aussi, l'égérie de Hollywood s'entiche-t-elle très vite de cet espiègle bichon savant, qui cite Keats aussi bien que Freud ! Et dans cette actrice qui affecte le sérieux en dépit d'un grand talent comique Maf trouve une femme qui a du chien.


Blonde
de Joyce Carol Oates
:
Blonde
est une autobiographie fictive de Marilyn Monroe. L'auteure a voulu recréer la vie intérieure de l'enfant, puis celle de la femme qu'elle fut. Un portrait qui révèle une jeune femme fragile, singulièrement douée, recomposant sans cesse son identité, faisant face à la malchance, mais aussi hypnotisée par ses propres mythes.


Marilyn dernières séances de Michel Schneider :
Trente mois durant, de janvier 1960 au 4 août 1962, ils formèrent le couple le plus improbable : Marilyn Monroe, la déesse du sexe et Ralph Greeson, le psychanalyste freudien. Elle lui avait donné comme mission de l'aider à se lever, de l'aider à jouer au cinéma, de l'aider à aimer, de l'aider à ne pas mourir. Il s'était donné comme mission de l'entourer d'amour, de famille, de sens, comme un enfant en détresse. Il voulut être comme sa peau, mais pour avoir été la dernière personne à l'avoir vue vivante et la première à l'avoir trouvée morte, on l'accusa d'avoir eu sa peau. Dans la lumière adoucie d'un cabinet de psychanalyste se redit la dernière séance de Marilyn...
Chargement...