Chargement...
Chargement...

Anne Perry

Publié le 04/03/2005
Pour célèbrer comme il se doit la venue de la célébrissime auteure de polars victoriens chez Mollat le 23 mars dernier, une présentation de sa nouvelle série et de son oeuvre...

Anne Perry est née Juliet Hulme en 1938 à Londres d'un père astronome, physicien et mathématicien. Enfant, elle part en Afrique du Sud pour y soigner sa tuberculose puis en Nouvelle-Zélande où, à l'adolescence (1954, elle a 15 ans), elle défraie la chronique en étant complice du meurtre de la mère d'une amie intime (fait divers qui a inspiré le film Créatures célestes - Peter Jackson, 1994 -) Condamnée, elle purge une peine de prison de 5 ans et en sort à 20 ans en 1959. Elle repart alors en Angleterre puis au Etats-Unis où elle occupe plusieurs emplois, comme "livreur" de limousine ou employée d'assurances, puis elle retourne au Royaume-Uni où elle se consacre définitivement à l'écriture. Elle vit désormais dans une ferme en Ecosse.

Son oeuvre s'articule autour de grands thèmes. Outre le tableau détaillé du Londres de l'ère victorienne (soucis des décors et des costumes), elle nous offre une excellente peinture sociale et économique de l'époque. Elle ne met en scène les codes moraux de l'Angleterre victorienne que pour mieux se révolter contre "la bienséance pudibonde dont s'affuble la bonne société". Elle se fait le chantre des petites gens "... je n'aurais pas aimé vivre en ce temps-là, ou alors juste pour une visite ! Il fallait être riche et en bonne santé...".

C'est surtout à travers ses personnages féminins que sa verve militante s'exprime : "D'ailleurs si les femmes ne savent pas se débrouiller, à qui la faute ? Qui nous interdit l'accès à l'instruction supérieure ? On ne nous apprend qu'à broder et à compter les pots de confitures." (in L'égorgeur de Westminster Bridge) ou encore "Emily réalisa qu'elle n'avait rien d'autre à faire que de prendre des décisions sur des sujets insignifiants. C'était bien là le problème : les jours s'étiraient devant elle, vides d'occupations intéressantes..." (in Silence à Hanover Close).

 

La série Charlotte et Thomas Pitt

Elle débute sa carrière d'écrivain en publiant en 1979 le premier volume de la série, intitulé L'étrangleur de Cather Street, qui compte actuellement 17 titres traduits ( pour 23 écrits ), le 17e étant Ashworth Hall.
L'inspecteur Pitt épouse Charlotte, une jeune aristocrate qui déroge ainsi aux règles de son milieu, ils mènent ensemble des enquêtes entre la fange des bas-fonds et les frou-frous des salons. Toute la série a pour cadre le Londres des années 1880 et 1890, les titres des différents épisodes ont la particularité d'annoncer la localisation des meurtres. Pitt devient commissaire dans le dernier opuscule.

 

William Monk et Hester Latterly

Riche de 13 volumes, elle débute avec Un étranger dans le mirroir. Le 14° titre est à paraître pour juin 2005.

Monk est détective privé et amnésique.Tout en enquêtant, il essaie de retrouver sa mémoire et son passé, cachant à son entourage ce qu'il considère comme une faiblesse. Il est secondé par l'ancienne infirmière Hester Latterly, marquée par son expérience de la guerre de Crimée, et par l'avocat Oliver Rathbone. Centrée sur la période 1850-1860, cette série est rythmée par de longues scènes de procès. Monk est en quelque sorte l'alter égo littéraire d'Anne Perry puisque, comme lui, elle souffrit d'amnésie après les terribles événements qui ensanglantèrent son adolescence.

A suivre...

Anne Perry s'est aussi intéressée à la Révolution française (Un plat qui se mange froid et A l'ombre de la guillotine) et au genre fantastique.

A partir du mois de mars, les lecteurs français auront le plaisir de découvrir une nouvelle série, en 5 volumes, qui cette fois se déroule pendant la première guerre mondiale avec comme héros principal Joseph Reavley, professeur à Saint John.

Muriel Blin et Olivier Pene

Chargement...