Chargement...
Chargement...

L'Arménie et l'arménien

Publié le 24/02/2006
Carrefour politique et géographique, l'Arménie se davait de possèder une langue au croisement de toutes les routes, avec toutefois sa petite part de mystère...

e drame du génocide arménien de 1945 à 1921 a été l'épisode le plus tragique d'une histoire agitée qui remonte à plusieurs siècles avant notre ère. L'une des composantes majeures de la personnalité arménienne est son attachement au christianisme. L'Arménie fut la première nation à proclamer le christianisme religion d'Etat, dès l'an 327.

Un siècle après, l'invention de l'alphabet arménien permet la traduction de la Bible et des livres sacrés en arménien, ce qui implante profondément le christianisme et remplace les langues liturgiques syriaque et grecque.

Actuellement la plus grande partie des Arméniens vit en République d'Arménie où ils sont environ 2,5 millions. Plus d'un million vit dans les autres républiques de l'ex-URSS, principalement en Géorgie (600000) et Russie.

Environ un million d'Arméniens habitent différents Etats du Moyen-Orient où les communautés sont très actives.

D'importants groupes d'Arméniens sont également installés en Amérique du Nord (environ 250000) et en Europe occidentale. L'usage de l'arménien comme le sentiment national reste très vivace chez les Arméniens émigrés. Les Arméniens se désignent par le nom de Hay ; leur pays est l'Hayasdan, leur langue, l'hayeren.

Bien que la langue arménienne ne puisse être valablement rattachée à aucune famille à l'intérieur du groupe indo-européen, certaines de ses caractéristiques la rapprochent soit du grec soit du persan.

Bien entendu,l'appartenance de l'arménien aux langues indo-européennes se traduit, outre les faits généraux de phonétique et de grammaire de ce groupe, par la présence d'un stock de vocabulaire qu'on rencontre pratiquement dans toutes les langues indo-européennes.
Ainsi, vache : gov (cf.anglais : cow ; persan : gav) centre : getron ; étoile : asgh...

Le vocabulaire arménien comprend des emprunts à l'arabe tels que marché : shouga (souq) ; huile : tzet (zeit) ou encore au turc, mais une bonne partie demeure d'origine mystérieuse, ce qui témoigne vraisemblablement de langues antérieures aujourd'hui disparues.

On pense parfois que l'arménien était apparenté au phrygien.

Les noms de personnes arméniens se terminent très généralement en -ian, une indication de filiation (Simonian, Aznavourian, etc), mais de nombreux noms en -ian existent, notamment en Iran, qui ne sont pas d'origine arménienne.


(D'après une étude de Michel Malherbe)

 

Armoiries de l

Chargement...