Chargement...
Chargement...

L'Europe au Moyen-Âge

Publié le 23/02/2004
"Quand on vit à cinq siècles du Moyen Age, on risque de le mépriser parce qu'on l'ignore."

Baptisée par les Grecs , dessinée par des limites tantôt dilatées, tantôt rétractées, modelée par l'histoire, l'Europe se construit depuis le Moyen-Age.

C'est dans la transmission des héritages gréco-latins que le Moyen-Age Occidental manifeste le mieux son caractère de passeur des valeurs et des acquis de l'Europe.

Des années 500 à l'an Mil , l'Europe subit de vastes migrations de populations qui, malgré la double tentative de Justinien et de Charlemagne pour reconstituer l'Empire méditerranéen ou pour fonder un empire d'Occident, mènent à la séparation d'un Occident émietté, marqué par la germanisation et la culture latine, et d'un Orient restructuré, marqué par la slavisation et la culture grecque.

Dans les siècles qui suivent l'an Mil, l'Ouest européen connaît une remarquable phase d'expansion démographique et économique. Il s'installe dans le système politique et social original de la féodalité, mais c'est avant tout sur le christianisme que se fonde la civilisation de l'Europe médiévale et que s'est opérée la fusion des traditions intellectuelles et artistiques d'origines très diverses.
Mais qu'est-ce que l'Europe du Moyen-Age en 2004 sinon un passé fort lointain, souvent assombri par les  clichés d'une époque obscurantiste et violente.

Depuis les années soixante dix , l'ouverture de nouveaux champs de recherche et la médiatisation d'historiens médiévistes comme Georges Duby ou Jacques Le Goff, ont contribué à une réhabilitation du Moyen-Age Occidental.

L'aventure médiévale commence vraiment en 1929 avec Lucien Febvre et Marc Bloch lors de la création des Annales d'Histoire Economique et Sociale .

Médiéviste, Marc Bloch modifie alors l'approche de l'histoire médiévale en Europe et introduit une nouvelle façon d'écrire l'histoire, se nourrissant de  l'expérience des Sciences Humaines et de la Géographie. Dans un texte de synthèse La société féodale , publiée en 1940,  il décrit la société des XIe et XIVe siècles occidentaux, structurée par le système de la seigneurie et une forte hiérarchie sociale.

Mais alors que Marc Bloch, dans les Rois thaumaturges se tourne vers le peuple, Ernst Kantorowicz, historien allemand, s'intéresse à la mise en scène du pouvoir et à ses dimensions culturelles. Les Deux corps du roi démontre qu'au delà de la mort physique du prince, le pouvoir, corps symbolique du souverain se transmet de façon surnaturelle à son successeur.

Passée la seconde guerre mondiale , une "nouvelle vague" de médiévistes se distingue au travers des courants marxistes ou structuralistes. L'évolution épistémologique se poursuit sous l'égide de Fernand Braudel, spécialiste de l'Espagne et des rois catholiques, avec sa thèse sur La Méditerranée à l'époque de Philippe II . Ainsi naît le concept de "longue durée" que l'historien nommera plus tard d'histoire globale. ("Nous n'expliquerons l'histoire qu'en expliquant le monde.")
Ne pas se heurter au terme d'un temps immobile et se positionner selon les diverses strates de l'épaisseur  historique est l'apport fondamental de Fernand Braudel. Ce concept de "long Moyen-Age" est repris, puis défendu, par Jacques Le Goff pour qui cette période est celle qui nous permet le mieux de nous saisir dans nos racines, dans notre besoin de comprendre le changement.
Dans sont texte Pour un autre Moyen-Age , l'auteur nous fait découvrir une civilisation originale. Mais, c'est la Civilisation de l'Occident Médi éval qui demeure son ouvrage de référence. Il y propose une vision anthropologique et globale de l'époque, orientée surtout vers l'épaisseur concrète et lente de la vie médiévale, notamment dans le cadre urbain. A partir de sources littéraires, archéologiques, artistiques ou juridiques, l'historien privilégie le temps et l'espace médiéval.
Espace déterminé par la connaissance qu'en ont les hommes mais aussi par leurs rêves et par leurs aspirations.

Fidèle aux préceptes de la Nouvelle Histoire, Georges Duby, s'attache quant à lui à rendre ses recherches accessibles à tous. Parmi ses principaux travaux, Guerriers et Paysans retrace le démarrage de l'économie européenne entre les invasions barbares et l'essor des villes. Il y adopte sans complexe le concept de lutte des classes et de système de production.

Dans les années soixante dix , utilisant  le concept de "révolution féodale", les formes de domination politique des seigneurs se trouvent, dès lors, au coeur de ses interrogations et en particulier dans Les trois ordres ou l'imaginaire du féodalisme.
Le Moyen-Age occidental s'est ouvert sur l'Europe. Beaucoup d'historiens se sont succédés depuis la leçon inaugurale de Lucien Febvre, en 1944, où il parlait de la conscience commune des occidentaux devenue progressivement conscience européenne.

Le dernier ouvrage de Jacques Le Goff : L'Europe est-elle née au Moyen-Age ? en est la démonstration. De l'échec carolingien à l'Europe des villes et des universités, le chercheur nous entraîne dans un immense voyage à rebours, dans l'espoir que, comprenant mieux leur provenance, les Européens construisent mieux leur avenir.

Chargement...