Chargement...
Chargement...

L'Inde en poche

Publié le 05/11/2001
Depuis quelques mois, vous aurez humé, à n'en pas douter, des senteurs épicées, des parfums poivrés émanant des nouveautés en format poche.

N'y soupçonnez pas l'ingénieuse invention d'un imprimeur mais plutôt la présence de plusieurs ouvrages aux arômes contrastés de l'Inde. Présence récemment confirmée par le tout nouveau Prix Nobel du controversé V.S. Naipaul . Espérons simplement que cette reconnaissance tardive permettra la réimpression de nombreux titres épuisés.
 Entre l'excellent roman de Rohinton Mistry , L'Equilibre du monde ; les aventures d'Alewander Frater , A la poursuite de la mousson ; l'incontournable Salman Rushdie , La Terre sous ses pieds ; le brahmane Doc menant ses enquêtes sous la plume de Sarah Dars , Ramdam à Mahabalipuran ; le témoignage poignant de l'intouchable Viramma, Une Vie paria ou encore le superbe Fantôme d'Anil de Michael Ondaatje (d'origines indienne et sri-lankaise), les tables de la littérature étrangère auront brillé cette année de mille reflets orientaux. Car la littérature indienne n'est pas marginale. Sans vouloir omettre d'autres langues comme le sanskrit dont sont traduits le Mahabharata et la Bhagavad Gita, ou encore le bengali de Satyajit Ray ou Rabindranat Tagore (Prix Nobel de Littérature en 1913), l'anglais importé lors de la colonisation britannique fut et reste un médiateur exceptionnel, porte grande ouverte aux traductions à l'étranger. Et cela pour notre plus grand bonheur car l'Inde peut se vanter de talentueux auteurs indiens ou " eurindiens " tels que Anita Desai, Arundati Roy, R.K. Narayan, S. Selvadury, Vikram Seth, V.S. Naipaul (prix Nobel de littérature 2001, donc), Amitav Gosh, B. Mukkerjee, et peut-être l'aviez-vous oublié, Rudyard Kipling et George Orwell.

Et comment ne pas considérer aussi tous ceux que l'Inde, son histoire, ses traditions, ses couleurs, sa misère, sa spiritualité ont fasciné tels que E.M. Forster, Alexandra David-Neel, Dominique Lapierre et Larry Collins, Mircea Eliade ou encore A.Danielou et L.Renou dans leurs essais respectifs sur les mythes indiens et l'hindouisme devenus de véritables références en la matière ?

Mais les meilleurs incitateurs à la découverte ou redécouverte de cette littérature restent les livres eux-mêmes.

Aussi, bonne lecture et bon voyage

Chargement...