Chargement...
Chargement...

Inégalités entre les sexes et développement au Moyen-Orient et Afrique du Nord : les femmes dans la sphère publique

Auteur : Banque internationale pour la reconstruction et le développement

Paru le : 19/11/2004
Éditeur(s) : Eska
Série(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Traducteur : Marc Rozenbaum

49,00 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Analyse la question de l'inégalité des sexes et souligne l'avantage que peut procurer pour ces pays une population féminine active. Réduire l'inégalité des sexes suppose une réforme s'appuyant notamment sur l'éducation, permettant aux femmes de participer pleinement à la vie civique. ©Electre 2018

Quatrième de couverture

La situation des femmes dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (Mena) présente un paradoxe. Des décennies d'investissement et d'avancées politiques ont permis de grands progrès au niveau de l'éducation et de la santé des femmes, ainsi qu'une réduction de leur taux de fécondité. Cependant, les bénéfices attendus en termes d'emplois et de croissance économique ne se sont pas matérialisés. En raison d'obstacles culturels et politiques, un tiers seulement des femmes font partie de la population active - il s'agit du plus faible taux au monde. Dans une économie mondiale qui privilégie le pouvoir de l'esprit plutôt que la force physique, le nouvel avantage comparatif de la région pourrait bien être son importante population active instruite, et de plus en plus, sa population active féminine. La croissance économique future doit dépendre des ressources humaines, plutôt que des ressources naturelles comme c'était le cas dans le passé. Les femmes représentent encore un potentiel humain considérable et inexploité. On a considéré les questions d'inégalité des sexes comme un problème d'ordre secondaire, relevant principalement des secteurs du domaine social. Pourtant, en fin de compte, il s'agit aussi d'un problème économique. Cet ouvrage prend en compte la complexité des questions d'inégalité des sexes, étudie les causes des inégalités entre hommes et femmes et présente un programme de réforme. Il a été approuvé par deux inlassables défenseuses de l'égalité des sexes: Sa Majesté la Reine Rania Al-Abdullah de Jordanie et Chirine Ebadi. «Les inégalités entre hommes et femmes ont un impact négatif non seulement sur les femmes mais aussi sur la société toute entière. Elles limitent la capacité d'un pays à allouer et à utiliser de manière efficace ses ressources les plus précieuses: son capital humain. Restreindre la participation des femmes à la vie publique et économique limite le développement économique et le potentiel national. Emanciper les femmes et assurer les opportunités de leur pleine intégration dans tous les aspects de la société n'est pas simplement une question de justice pour les femmes: il s'agit d'un facteur vital pour créer un climat favorable à la réalisation d'un progrès et d'un développement durables. (...) L'émancipation des femmes - des mères, des filles, des soeurs et des épouses qui sont au centre de nos traditions familiales - signifie des familles plus fortes et un sens plus affirmé de la communauté et de la fierté nationales. (...) Encourager les femmes à prendre leur place en tant que partie intégrante de la croissance et du progrès de la région et leur en donner les moyens, c'est là la manière la plus avisée et la plus efficace de combler le fossé du développement.» Sa Majesté la Reine Rania Al-Abdullah de Jordanie, présidente du Sommet des femmes arabes. «S'opposer à la participation des femmes dans les domaines politiques, social, économique, scientifique, artistique et culturel équivaudrait à s'opposer au progrès social et au développement humain. (...) De nos jours, heureusement, un grand nombre de spécialistes et autres ont accepté l'idée qu'un réel développement ne puisse avoir lieu sans la participation active des femmes et sans leur intégration. Cette acceptation est, en fait, une grande victoire, et tous ceux qui ont mis l'accent sur le rôle des femmes dans le développement et qui se sont efforcés de faire passer cette idée de l'état de concept théorique à celui de débat public peuvent à bon droit revendiquer cette victoire. (...) Afin de préparer le terrain pour une participation active des femmes au développement, nous devons supprimer les obstacles conceptuels et concrets.» Chirine Ebadi, lauréate du prix Nobel 2003. Cet ouvrage fait partie d'une série, les Rapports sur le développement de la région Mena, préparés à l'occasion des conférences annuelles de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international de Dubaï, dans les Emirats arabes unis. Cette série traite de sujets d'importance pour la région Moyen-Orient et Afrique du Nord: échanges commerciaux et investissement, gouvernance, égalité des sexes et emploi. Son objectif est de présenter une étude complète des problèmes et des opportunités auxquels cette région se trouve confrontée au moment où elle s'efforce de définir une nouvelle stratégie de développement pour répondre aux besoins croissants de sa population.

Fiche Technique

Paru le : 19/11/2004

Thématique : Développement durable écologie

Auteur(s) : Auteur : Banque internationale pour la reconstruction et le développement

Éditeur(s) : Eska

Collection(s) : Rapport sur le développement de la région MENA

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-7472-0686-6

EAN13 : 9782747206860

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : Non précisé.

Hauteur : 24 cm / Largeur : 16 cm

Épaisseur : 1,4 cm

Poids : 367 g