Chargement...
Chargement...

Quel droit social dans une Europe en crise ?

Paru le : 08/06/2012
Éditeur(s) : Larcier
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Europe(s). Dossiers
Contributeur(s) : Directeur de publication : Marie-Cécile Escande Varniol - Directeur de publication : Sylvaine Laulom - Directeur de publication : Emmanuelle Mazuyer

76,00 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Analyse de l'impact de la crise globale de 2008 sur les évolutions nationales des droits du travail et de la protection sociale dans 11 états de l'Union Européenne (Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, France, Grèce, Hongrie, Italie, Pologne, Royaume-Uni et Suède). Les auteurs posent la question des fonctions du droit social et du devenir du modèle social en Europe en période de crise. ©Electre 2018

Quatrième de couverture

Quel droit social dans une Europe en crise ? La crise économique et financière qui sévit depuis 2008 a frappé l'ensemble des pays européens, entraînant d'importantes répercussions sociales : fermetures et délocalisations d'entreprise, chômage, augmentation de la pauvreté etc. La crise financière a débouché sur une crise de l'euro, une crise des dettes publiques, une crise de l'emploi dont il est impossible aujourd'hui de prédire la fin et les conséquences. L'objet de cette ambitieuse recherche, ayant bénéficié d'un financement de la Commission européenne, a été d'analyser l'impact de cette crise globale sur les évolutions nationales des droits du travail et de la protection sociale, dans onze Etats de l'Union Européenne (Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, France, Grèce, Hongrie, Italie, Pologne, Royaume Uni et Suède). La recherche est issue d'une interruption commune : comment le droit social a-t-il été exploité par les Etats-membres pendant cette période de crise ? Au-delà des spécificités nationales, cette recherche montre que la crise dans sa première phase « financière » n'a pas généré de transformations majeures. A quelques exceptions près, les Etats, comme l'Union européenne, ont « fait avec » les outils existants. Par contre, sa seconde phase - crise de l'euro, crise de la dette publique - laisse augurer des changements beaucoup plus significatifs et, pour beaucoup, précurseurs d'une régression sociale certaine. Aujourd'hui, les aspects sociaux et politiques cèdent plus que jamais le pas devant les aspects budgétaires et financiers. Le dialogue social, déjà bien imparfait, est parfois purement et simplement écarté dans la recherche des solutions. La légitimité même des mesures de crise peut souvent être mise en cause. Au moment où la situation de l'emploi se dégrade et où les marchés du travail sont soumis à de fortes tensions, la crise permet à nouveau de légitimer des remises en cause des protections législatives et conventionnelles. De nouvelles flexibilités sont recherchées, alors que l'on ne peut que constater l'accroissement des insécurités des salariés. Face à ce constat, on ne peut que s'interroger sur la pertinence des politiques de flexicurité, incapables de renouveler une réflexion aujourd'hui indispensable sur le pan sécurité du couple. Le présent ouvrage pose la question des fonctions mêmes du droit social et du devenir du modèle social en Europe en période de crise.

Fiche Technique

Paru le : 08/06/2012

Thématique : Grands thèmes droit public

Auteur(s) : Non précisé.

Éditeur(s) : Larcier

Collection(s) : Europe(s). Dossiers

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-8044-4904-1

EAN13 : 9782804449049

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 397

Hauteur : 24 cm / Largeur : 18 cm

Épaisseur : 2 cm

Poids : 696 g