Chargement...
Chargement...

Sauvageons des villes, sauvageons aux champs : Les prises en charge des enfants délinquants et abandonnés dans la Loire (1850-1950)

Auteur : Bruno Carlier


40,00 €
Chargement...
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Etudie les enfants abandonnés assimilés à des délinquants qui furent placés dans des structures publiques ou confiés à des associations privées, chargées de leur donner une éducation morale et professionnelle. Sur un siècle, dans un département où la question sociale est vive et où existent aussi des traditions de solidarité, se constituent des figures de protection judiciaire de la jeunesse. ©Electre 2021

De la réglementation du travail des enfants aux lois scolaires en passant par la répression des violences (y compris morales) à leur égard, le XIXe est une période où le souci de l'enfance se développe. Parce qu'elle inquiète, l'enfance difficile, délinquante, marginale enfin, est l'objet d'un souci particulier. Le département de la Loire est un lieu d'étude privilégié : les villes, et singulièrement Saint-Étienne, voient le grouillement d'une population juvénile incontrôlable et potentiellement dangereuse, quand les campagnes offrent à proximité des vies de régénération. La Justice, l'Assistance publique contribuent à l'encadrement de la jeunesse. Mais l'administration a largement recours au secteur privé pour assurer ses placements, et peut faire appel à des bénévoles pour en assurer le suivi. Mieux même, les lois qui jalonnent le siècle ne peuvent guère trouver d'application sans l'appui de bonnes volontés locales. Au XIXe siècle, les institutions étudiées relèvent d'un modèle traditionnel : recours à l'enfermement et au travail de la terre, inspiration religieuse... Mais le placement familial, dominant à l'Assistance publique, n'est pas absent, et les principes éducatifs appliqués à la colonie de Saint-Genest-Lerpt, proches de ceux du contemporain don Bosco, montrent une certaine intelligence de l'enfance. Après la Première Guerre mondiale, l'intervention se spécialise ; le professionnel, et surtout le médecin, sont mis en avant. Le secteur de la protection de l'enfance entreprend de se réorganiser dans les années 1930 et pérennise un secteur privé déjà dominant, afin de rationaliser ses moyens d'action. D'où un mélange fait à la fois de bénévolat et d'action publique, de professionnalisme et de maintien de certaines structures presque informelles, qui ne prend véritablement fin que dans les années 1950. La durée permet également de voir l'émergence de notions aujourd'hui centrales comme celle de l'intérêt de l'enfant. Esquissée précocement ici ou là, elle est plus tôt mise en oeuvre que formulée, et cette mise en oeuvre dépend beaucoup, là encore, des initiatives individuelles.

Fiche Technique

Paru le : 04/01/2007

Thématique : Droit Pénal

Auteur(s) : Auteur : Bruno Carlier

Éditeur(s) : Presses universitaires de Saint-Etienne

Collection(s) : Bibliothèque du CERHI, n° 5

Contributeur(s) : Préfacier : Yves-Claude Lequin - Préfacier : Didier Nourrisson - Editeur scientifique (ou intellectuel) : Université Lyon 2 - Editeur scientifique (ou intellectuel) : Institut universitaire de France - Editeur scientifique (ou intellectuel) : LARHRA-UMR 5190

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-86272-422-X

EAN13 : 9782862724225

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 460

Hauteur : 24 cm / Largeur : 16 cm

Épaisseur : 2,8 cm

Poids : 827 g