Chargement...
Chargement...

Valentin de Boulogne : réinventer Caravage

Paru le : 18/02/2017
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Directeur de publication : Keith Christiansen - Directeur de publication : Annick Lemoine - Auteur du texte : Sébastien Allard - Auteur du texte : Patrizia Cavazzini - Auteur du texte : Jean-Pierre Cuzin - Auteur du texte : Gianni Papi

Un coup de coeur de David Pigeret

Catalogue de l'exposition, Valentin de Boulogne. Réinventer Caravage, au Musée du Louvre, cet ouvrage est le premier livre en français uniquement consacré à la figure de l'un des plus grands peintres du XVIIème.

Dans les années 1610-1620, la ville de Rome est « la place to be » pour tous les peintres d'Europe. De nombreux artistes français séjournent dans la cité éternelle qui rayonne encore de la révolution du Caravage (mort en 1610) : Simon Vouet, Claude Vignon, Jean Leclerc, Nicolas Tournier, Nicolas Régnier et bien sûr Valentin de Boulogne, le seul qui ne quittera pas Rome et y mourra. Il reçoit la commande d'un tableau (Le martyr des Saints Procès et Martinien) pour la Basilique de Saint-Pierre de Rome, en 1629. Seuls Nicolas Poussin et Simon Vouet, parmi les peintres français, eurent ce grand honneur. La gloire de Valentin de Boulogne fut de courte durée car il disparaît tragiquement une nuit d'août 1932. Suite à une nuit passée à boire et à fumer, il plonge pour se rafraîchir dans l'eau glacée de la fontaine du Babuino et contracte un mauvaise grippe qui lui sera fatale.
Ìl est difficile de comprendre pourquoi Valentin de Boulogne n'est pas plus connu du grand public, comme l'est par exemple Georges de la Tour, l'autre grand caravagesque français (peut-être est-il trop italien pour les français et trop français pour les italiens ?).
Valentin adopte les thèmes iconographiques des suiveurs du Caravage : La diseuse de Bonne aventure, les joueurs de cartes, le concert, des scènes de tavernes... et évidemment le style caravagesque : peinture naturaliste, clair-obscur dramatique, figure grandeur nature, décor minimaliste... mais ajoute des nuances dans le modelé de ses personnages et travaille des couleurs plus riches, plus vénitiennes. Il réinvente Le Caravage dans une peinture moins dramatique, plus musical que le maître. Ses tableaux sont remplis d'enfants, d'adolescents rêveurs et de personnages tristes. Une douceur mélancolique qui fait de lui l'un des plus grands et originaux suiveurs du Caravage avec Manfredi et Ribera.
Ce catalogue d'exposition, signé parmi les plus grands spécialistes du Caravage ou du Seicento (Gianni Papi, Annick Lemoine, Patrizia Cavazzini, Jean-Pierre Cuzin et Keith Christiansen) permet de faire le point sur la formation de Valentin, d'évoquer sa place la peinture à Rome à cette époque, de mettre en lumière la grande originalité du peintre parmi les héritiers du Caravage et de réevaluer son rôle dans l'histoire de la peinture française.
Un catalogue indispensable à toute bibliothèque d'art.

39,00 €
Expédié en 24/48h
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Panorama de l'oeuvre du peintre français du début du XVIIe siècle, protagoniste majeur du naturalisme à Rome avec ses scènes de taverne ou de concert et ses peintures religieuses. Présente l'évolution stylistique et thématique de ce protégé de la famille Barberini. ©Electre 2019

Quatrième de couverture

Après la mort de Caravage en 1610, Valentin de Boulogne (1591-1632) s'impose comme l'un des principaux acteurs du renouvellement de la peinture à Rome en ce début du Seicento. En reformulant la « maniera caravaggiesca » dans une veine inédite, il apparaît comme l'un des interprètes les plus originaux de la pittura dal naturale : acuité psychologique des figures, puissance introspective, mélancolie envahissante, raffinement chromatique propre aux grands Vénitiens, implication constante du spectateur. De sa peinture, Thuillier disait qu'une « irréparable tristesse habite les êtres, et les enfants même semblent lever de grands yeux bruns sur un rêve refusé ». Chaque oeuvre du peintre est une invitation à considérer la fragilité de la condition humaine. Ce mariage équilibré entre l'excellence du pinceau, l'acuité du naturalisme et la profondeur psychologique explique le succès que remporta Valentin. En ce sens, il n'est pas seulement l'un des meilleurs représentants du naturalisme romain, ainsi qu'on le classe ordinairement, il doit être placé - et son mécène le cardinal Francesco Barberini ne s'y était pas trompé - au rang des peintres les plus importants du XVIIe siècle. Analysant une cinquantaine de tableaux qui représentent la quasi-totalité de l'oeuvre peint de l'artiste, Valentin de Boulogne. Réinventer Caravage explore à la fois les représentations de la vie quotidienne mettant en scène la chiromancie, le jeu, le concert, la rixe, la fraude, le vol ou l'ivresse - où Valentin mêle imperceptiblement le répertoire des tavernes et le langage savant de l'allégorie -, et le contexte tumultueux dans lequel elles ont été exécutées. Dans le concert de l'art européen qu'offre la Rome du XVIIe siècle, où se côtoient les chefs-d'oeuvre de l'Antiquité et de la Renaissance et les créations de l'avant-garde artistique, cette étude redonne à Valentin sa vraie place, « celle d'un peintre poète et généreux ».

Contenus Mollat en relation

Fiche Technique

Paru le : 18/02/2017

Thématique : Monographies de peintres

Auteur(s) : Non précisé.

Éditeur(s) : Officina Libraria Louvre éditions

Collection(s) : Non précisé.

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 88-99765-24-3

EAN13 : 9788899765248

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : Non précisé.

Hauteur : 28 cm / Largeur : 23 cm

Épaisseur : - cm

Poids : 1445 g