Chargement...
Chargement...

Le premier mot : au commencement : histoire d'un contresens

Auteur : Pierre-Henry Salfati


18,00 €
Chargement...
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

La Septante, première traduction grecque de la Torah, a donné lieu à un contresens à propos du mot Bereshit, le mot inaugural du texte sacré, sur lequel se sont appuyées les traductions suivantes. L'auteur vise à restituer le sens originel du texte et à se défaire de la mauvaise interprétation de concepts devenus familiers comme les six jours de la Genèse ou les dix noms de Dieu. ©Electre 2021

Le premier mot « Au commencement... » Toutes les Bibles du monde font commencer « la » Bible par l'expression « Au commencement ». L'expression est devenue tellement usuelle qu'il peut sembler parfaitement incongru de préciser qu'en hébreu, le mot Bereshit, premier mot de la Torah hébraïque, n'a pour sa part jamais signifié « Au commencement ». C'est tout simplement un mot qu'aucune langue ne peut réellement traduire, on ne le trouve qu'une unique fois dans l'ensemble du livre, aucune autre référence ne permettant de circonscrire son sens littéral. A l'aide du commentaire de Rashi, célèbre rabbin et exégète du siècle, Pierre-Henry Salfati mène l'enquête. Il nous éclaire sur le contresens qui a émergé après la traduction grecque de la Tora, la Septante, et sur ses conséquences considérables dans l'imaginaire collectif occidental, et tente ici de restituer le sens du texte originel.

Fiche Technique

Paru le : 27/01/2021

Thématique : Judaïsme - Généralités

Auteur(s) : Auteur : Pierre-Henry Salfati

Éditeur(s) : Fayard

Collection(s) : Essais

Contributeur(s) : Non précisé.

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-213-70945-9

EAN13 : 9782213709451

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 229

Hauteur : 22 cm / Largeur : 14 cm

Épaisseur : 1,7 cm

Poids : 318 g