Chargement...
Chargement...

Wake up mes bons amis! : la représentation de la nation dans le cinéma de Pierre Perrault, 1961-1971

Auteur : Mathieu Bureau Meunier

Paru le : 11/03/2019
Éditeur(s) : SEPTENTRION
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Non précisé.

19,00 €
Expedié sous 10 à 15 jours (sous réserve de confirmation)
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

«On sait ben que c'était dur. [...] Le matin, le cook passait, y'était à peu près 3 h 30; wake up mes bons amis! Ça, ça voulait dire debout.» En ces termes, Louis Harvey, cultivateur de l'île aux Coudres et protagoniste du film Un pays sans bon sens, relate devant la caméra l'époque où il travaillait comme bûcheron. Ces mêmes mots prennent une signification complètement différente une fois repris par le cinéaste Pierre Perrault. Ils deviennent l'annonce d'un projet de société. Mathieu Bureau Meunier traite de l'un des courants idéologiques dominants de la Révolution tranquille au Québec, le néonationalisme, à travers le regard de l'un de ses protagonistes. En analysant cinq longs métrages réalisés et diffusés entre 1961 et 1971, l'auteur dévoile la façon dont Perrault se représente la nation et comment il interprète les changements sociopolitiques de cette décennie. Pour que la nation puisse être souveraine, les Québécois doivent être en mesure de se nommer, puis de prendre conscience de ce qui nuit à leur épanouissement pour finalement s'émanciper par la prise de possession de leurs territoires physique, culturel et politique. Mathieu Bureau Meunier détient une maîtrise en sciences historiques de l'Université Laval. Il s'est spécialisé en histoire québécoise contemporaine, plus précisément sur le Québec des années 1960.

Quatrième de couverture

«On sait ben que c'était dur. [...] Le matin, le cook passait, y'était à peu près 3 h 30; wake up mes bons amis! Ça, ça voulait dire debout.» En ces termes, Louis Harvey, cultivateur de l'île aux Coudres et protagoniste du film Un pays sans bon sens, relate devant la caméra l'époque où il travaillait comme bûcheron. Ces mêmes mots prennent une signification complètement différente une fois repris par le cinéaste Pierre Perrault. Ils deviennent l'annonce d'un projet de société. Mathieu Bureau Meunier traite de l'un des courants idéologiques dominants de la Révolution tranquille au Québec, le néonationalisme, à travers le regard de l'un de ses protagonistes. En analysant cinq longs métrages réalisés et diffusés entre 1961 et 1971, l'auteur dévoile la façon dont Perrault se représente la nation et comment il interprète les changements sociopolitiques de cette décennie. Pour que la nation puisse être souveraine, les Québécois doivent être en mesure de se nommer, puis de prendre conscience de ce qui nuit à leur épanouissement pour finalement s'émanciper par la prise de possession de leurs territoires physique, culturel et politique. Mathieu Bureau Meunier détient une maîtrise en sciences historiques de l'Université Laval. Il s'est spécialisé en histoire québécoise contemporaine, plus précisément sur le Québec des années 1960.

Fiche Technique

Paru le : 11/03/2019

Thématique : Histoire du cinéma

Auteur(s) : Auteur : Mathieu Bureau Meunier

Éditeur(s) : SEPTENTRION

Collection(s) : Non précisé.

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 978-2-89791-076-1

EAN13 : 9782897910761

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 172

Hauteur : - cm / Largeur : - cm

Épaisseur : - cm

Poids : - g