Chargement...
Chargement...

L'art, le feu, la liberté : renaissance de la Grèce de la Philiki Hetairia (1813) au début du règne d'Othon (1837)

Auteur : Nadia Thanasoulas


22,00 €
Chargement...
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Une étude sur les débuts de l'organisation des institutions patrimoniales en Grèce au début du XIXe siècle. Entre 1800 et 1830, la Grèce pose certaines fondations de la protection de son patrimoine historique et culturel : créations de la Philiki Hetairia et de la Société des Philomuses (1813), du département de la Conservation du Patrimoine et des Revue et Société Archéologiques (1837). ©Electre 2020

Lorsque les Grecs se libèrent du joug des Turcs en 1821, ils cherchent dès le départ à protéger leur patrimoine. Car quelle identité leur reste-t-il, après quatre cents ans d'occupation ? Ils se raccrochent aux vestiges d'une période classique certes révolue, mais préservée dans le coeur, l'esprit, la philosophie, l'éducation, les musées qui parsèment l'Europe de l'époque. Entre 1813, avec la création de la Philiki Hetairia et la Société des Philomuses qui chercha à enseigner les arts des muses, et 1837, où un département de la Conservation du Patrimoine est créé, en même temps qu'une Société Archéologique et une Revue Archéologique, la révolution pour la liberté et l'organisation du patrimoine ont été des combats menés main dans la main. La Grèce a miraculeusement survécu grâce à son histoire. À coups de sabre ou par la force de la loi, le combat pour sauvegarder les antiquités n'est pas gagné. Il faudra plusieurs années, presque un siècle et demi bien après la guerre d'indépendance de 1821, pour que les Grecs retrouvent la paix, la liberté - malgré un roi étranger imposé, des frontières - même réduites, et surtout le respect des archéologues, collectionneurs et acheteurs étrangers de tout crin. La fièvre inextinguible des Européens pour les antiquités mènera à des échanges bien amers, qui ont des répercussions dont nous pouvons témoigner encore aujourd'hui avec par exemple les marbres du Parthénon. Les insurgés, parfois les paysans, le premier président de la Grèce loannis Capodistrias, et quelques ministres vont mener tant bien que mal ce combat de David contre Goliath. Leur adversaire est de taille en effet : il ne s'agit rien de moins que des plus grandes puissances de l'époque, l'Autriche de Metternich, l'Angleterre de Georges IV, la France de la Restauration, la Russie des Tsars et l'Empire ottoman. Des premières déclarations révolutionnaires aux premiers musées grecs, bien du sang a coulé.

Fiche Technique

Paru le : 02/06/2020

Thématique : Histoire européenne générale

Auteur(s) : Auteur : Nadia Thanasoulas

Éditeur(s) : Les Acteurs du savoir

Collection(s) : Non précisé.

Contributeur(s) : Non précisé.

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 979-10-97108-65-6

EAN13 : 9791097108656

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 257

Hauteur : 24 cm / Largeur : 16 cm

Épaisseur : 1,9 cm

Poids : 260 g