Chargement...
Chargement...

Le bataillon sacré : cent cinquante couples d'amants thébains combattant pour sauver la liberté de la Grèce

Auteur : James S. Romm


Un coup de coeur de Jean-Baptiste G.

« Maudits soient ceux qui soupçonnent ces hommes d'avoir pu faire ou subir quoi que ce soit de honteux. » Tels sont, selon la légende, les mots prononcés par Philippe II de Macédoine pour saluer l’héroïsme du bataillon sacré.
C’est le 3 juin 1848 que les mânes thébaines décidèrent de rompre vingt deux siècles de silence en faisant surgir de terre un morceau de pierre. Une simple pierre ? Non, car c’est une tête de lion sculptée que découvrit le voyageur britannique George Ledwell Taylor près d’un petit village grec de Béotie. Un heureux hasard pour celui qui cherchait à retrouver le site de la bataille de Chéronée au cours de laquelle, le 2 août 338 av. J.-C., les armées du roi Philippe II de Macédoine défirent une coalition des cités grecques menée par Athènes et Thèbes. Mais Taylor ignorait alors que le lion de Chéronée n’était pas le seul à reposer ici depuis si longtemps.

Devant l’antique sculpture furent exhumés 254 squelettes masculins alignés sur sept rangées, une étrange disposition qui ne fut pas sans rappeler celle des phalanges d’infanterie en formation de bataille. Mais plus saisissant encore furent les couples que formaient certaines de ces dépouilles, figées dans la mort les bras enlacés au niveau du coude. Ce que Taylor avait découvert était en fait l’ultime demeure de l’une des plus fameuse troupe d’élite de Grèce ancienne : le bataillon sacré de Thèbes. Uniquement composée de couples d’amants, cette célèbre armée avait constitué le fer de lance de la cité des Labdacides, les rois légendaires de la ville de Thèbes. Constitué dans un moment de crise, en pleine Guerre du Péloponnèse, le bataillon s’illustra face aux troupes spartiates coupables de s’être emparées de la Cadmée, la forteresse sacrée de l’acropole thébaine en 382 av. J.-C.

James Romm retrace avec passion l’histoire de cette troupe d’élite unique et atypique qui par sa bravoure marqua la mémoire des anciens. Il éclaire d’un jour nouveau la question de l’homosexualité en Grèce ancienne, de la complexité des liens qui unirent ces couples d’hommes dans un cadre viril, guerrier et institutionalisé. A l’aide d’un grand sens du récit et d’une grande érudition, l’auteur redonne vie au fil des pages à l’antique cité de Thèbes et laisse voir la richesse de son histoire trop méconnue remplie de mythes et d’exploits héroïques. Si le bataillon sacré fut décimé par les troupes macédoniennes, sa postérité traversa les siècles, immortalisée sous les traits du lion de marbre de Chéronée.
22,90 €
Chargement...
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

L'auteur fait revivre l'essor de la cité de Thèbes à travers les combats et les exploits héroïques de son bataillon sacré, ce corps d'élite unique composé, selon la légende, de 150 couples masculins indissolublement liés par la force de l'amour jusque dans la mort. Des figures mythiques s'en détachent, telles le grand stratège Epaminondas, Agésilas, roi de Sparte, ou Artaxerxès. ©Electre 2023

Au IVe siècle avant Jésus-Christ, lors de la guerre du Péloponnèse, la plus méconnue des grandes cités-États de Grèce prend son essor. Thèbes l'emporte sur les Spartiates grâce à son « Bataillon sacré ».

Ce corps d'élite unique était, selon la légende, composé de 150 couples masculins liés par la force de l'amour. La découverte extraordinaire de leur sépulture collective en 1880 a mis au jour un tombeau où reposaient près de 260 soldats tombés pour la liberté. Enterrés sur le champ de bataille où ils périrent, certains squelettes étaient encore enlacés dans la mort. La chute de Thèbes, brutale, marquera le début de l'effacement irrémédiable de la puissance grecque, déjà minée par les conflits opposant les partis démocratiques et oligarchiques, et les cités libres aux seigneurs de guerre de Syracuse, Phères ou Héraclée.

Des figures mythiques émaillent ce récit : Épaminondas, grand stratège thébain pétri de philosophie, Agésilas, roi de Sparte mort nonagénaire, Artaxerxés, souverain achéménide. L'Histoire se déploie sous le regard des grands esprits du temps : Platon, Diogène, Démosthène et Xénophon, témoin engagé et auteur d'une chronique, les Helléniques, enrichie trois siècles plus tard par Plutarque.

Ce livre foisonne d'exploits héroïques et de rebondissements qui rendent sa lecture passionnante. S'inscrivant dans les nouveaux courants des études classiques, l'auteur explore la question des affects, c'est-à-dire la place de l'amour, dans la guerre et dans la politique. Grâce à ses talents de conteur, James Romm fait revivre l'un des épisodes les plus fascinants et les moins connus de l'Antiquité.

Contenus Mollat en relation

Sélections de livres

Chargement...

Sélections de livres

Chargement...

Fiche Technique

Paru le : 20/10/2022

Thématique : Grèce Antique

Auteur(s) : Auteur : James S. Romm

Éditeur(s) : Bouquins

Collection(s) : Histoire

Contributeur(s) : Traducteur : Beslon

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 978-2-38292-179-1

EAN13 : 9782382921791

Reliure : Broché

Pages : 317

Hauteur: 24.0 cm / Largeur 16.0 cm


Épaisseur: 2.2 cm

Poids: 410 g