Chargement...
Chargement...

Ecrire la peur à l'époque des guerres de Religion : une étude des historiens et mémorialistes contemporains en France (1562-1598)

Auteur : Mathilde Bernard

Paru le : 28/10/2010
Éditeur(s) : Hermann
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Savoir. Lettres
Contributeur(s) : Non précisé.

42,00 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus
pdf
29,99 €
Protection: Adobe DRM
Acheter en numérique

Résumé

Les peurs collectives et individuelles comme déclencheurs et moteurs des Guerres de religion, comment de leur côté les historiens et mémorialistes du XVIe siècle tenaient compte de tels affects et quelles conséquences pour leur écriture de l'histoire. Issu d'une thèse de doctorat. ©Electre 2019

Quatrième de couverture

Écrire la peur à l'époque des guerres de Religion Pendant les guerres civiles qui ont déchiré la France au cours de la deuxième moitié du XVIe siècle, la peur provoquait des massacres, soutenait les séditions, entretenait les haines. Elle restait malgré tout bien souvent un moyen de contrôle des populations. Les historiens et les mémorialistes qui ont rendu compte de l'époque terrible dans laquelle ils vivaient n'ont pas éludé la question du rôle des émotions dans la marche de l'histoire, mais leur nouvelle approche, plus centrée sur l'humain, n'en est pas plus objective. Mathilde Bernard s'attache à étudier la façon dont ces auteurs, de tendances politiques et religieuses diverses, exploitent la peur du lecteur à travers une écriture suggestive. L'étude part d'une analyse des moyens conceptuels, lexicologiques et rhétoriques d'expression de l'émotion, pour montrer comment les historiens et mémorialistes l'exposent dans des cadres bien précis et fortement ritualisés : batailles, massacres, exécutions capitales. Au sein de la relation de ces peurs intégrées à une logique de combat, la régulation du pathos dans l'écriture est fonction de l'objectif poursuivi par les historiens et mémorialistes. Le jugement porté sur les peurs qui se déploient instaure une nouvelle hiérarchisation sociale et crée une nouvelle figure du héros, fragilisant la conception traditionnelle sur laquelle repose la société tripartite de l'Ancien Régime. Dans leur écriture de la peur, les historiens et les mémorialistes, à travers leurs opinions diverses, placent l'individu responsable, capable de réguler ses émotions, au centre de leur vision de l'histoire. Dans ce livre, Mathilde Bernard analyse la place de l'émotion dans une rhétorique de combat et explore les liens entre l'histoire en train de se faire et les procédés d'innovation stylistique qu'elle suscite chez ses témoins et acteurs.

Fiche Technique

Paru le : 28/10/2010

Thématique : Essais sur littérature antique et Moyen-âge

Auteur(s) : Auteur : Mathilde Bernard

Éditeur(s) : Hermann

Collection(s) : Savoir. Lettres

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-7056-7050-5

EAN13 : 9782705670504

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 396

Hauteur : 21 cm / Largeur : 14 cm

Épaisseur : 3 cm

Poids : 484 g