Chargement...
Chargement...

Colette Audry (1906-1990) : engagements et identités d'une intellectuelle

Auteur : Séverine Liatard

Paru le : 13/01/2011
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Archives du féminisme
Contributeur(s) : Préfacier : Pascal Ory

22,00 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

C. Audry appartient à la première génération de femmes à accéder à l'enseignement. Parallèlement, cette féministe milite toute sa vie dans des organisations politiques de gauche et devient écrivain. Cette étude biographique propose une mise en perspective chronologique de son itinéraire puis s'interroge sur la construction de ses identités et ses modalités d'engagement. ©Electre 2018

Quatrième de couverture

Colette Audry 1906-1990 Engagements et identités d'une intellectuelle Née au début du siècle, Colette Audry appartient à cette première génération de femmes qui accèdent aux grandes institutions éducatives pour s'engager dans l'une des premières professions intellectuelles ouvertes aux femmes, l'enseignement. Tout en restant professeure de lettres dans le secondaire, Colette Audry milite sa vie entière dans des organisations politiques de gauche et devient écrivaine. Agrégée à 22 ans, elle obtient son premier poste en 1928 et s'engage quelques années plus tard dans un syndicat d'enseignants. Elle adhère ensuite au Comité de vigilance des intellectuels antifascistes, à la SFIO dans la tendance dirigée par Marceau Pivert qui prône un Front populaire de combat, critique la politique de non-intervention en Espagne et dénonce les procès de Moscou. Pendant la guerre, elle mène des actions aux côtés des communistes du Front national à Grenoble. À la Libération, Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir rencontrés durant les années trente l'aident à publier ses premiers écrits littéraires chez Gallimard. Elle collabore aux Temps modernes, à France Observateur ou à la revue Arguments. Adepte du Deuxième sexe dès sa sortie en 1949, elle crée avec d'autres militantes au début des années soixante le Mouvement démocratique féminin considéré comme un laboratoire d'idées féministes et socialistes et devient dans le même temps directrice d'une collection « Femme » chez Denoël-Gonthier. Au sein de la Nouvelle gauche puis du PSU, Colette Audry se mobilise contre la guerre d'Algérie. Alors que la déstalinisation semble en marche, elle milite pour la réunification du mouvement ouvrier et fonde avec Jean Poperen l'Union des groupes et des clubs socialistes puis adhère au parti socialiste de François Mitterrand à Epinay en 1971. À la croisée de l'histoire des intellectuels et de l'histoire des femmes, cette étude analyse le devenir d'une intellectuelle au XXe siècle dans un contexte où l'accès des femmes au pouvoir reste problématique. Cette recherche biographique présente une mise en perspective chronologique de l'itinéraire de Colette Audry puis s'interroge sur la construction de ses identités d'enseignante, de femme politique, d'écrivaine et de féministe. À travers ce parcours, il s'agit de réfléchir aux modalités d'engagement qui lui sont propres : les stratégies mises en place pour s'accomplir et obtenir une reconnaissance en tant qu'intellectuelle, la manière dont elle vit et se représente cette condition et le rôle de l'engagement féministe dans ce processus d'individuation.

Fiche Technique

Paru le : 13/01/2011

Thématique : Sociologie des femmes

Auteur(s) : Auteur : Séverine Liatard

Éditeur(s) : Presses universitaires de Rennes

Collection(s) : Archives du féminisme

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-7535-1235-3

EAN13 : 9782753512351

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 395

Hauteur : 24 cm / Largeur : 16 cm

Épaisseur : 2,4 cm

Poids : 702 g