Chargement...
Chargement...

Le contrôle du corps des femmes dans les Empires coloniaux : empires, genre et biopolitiques

Paru le : 14/09/2015
Éditeur(s) : Karthala
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Hommes et sociétés
Contributeur(s) : Directeur de publication : Martine Spensky

25,00 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus
pdf
19,99 €
Protection: Digital watermarking
Acheter en numérique

Résumé

Ensemble de réflexions sur le statut des femmes dans les colonies, du XVIe au XXe siècle, et plus particulièrement sur leur corps. Esclaves, prostituées, réifiées, les femmes sont les principales cibles des biopolitiques : leur corps est objet de jouissance, garantie de la pérennisation de l'espèce humaine, et promesse d'une future force de travail ou force militaire. ©Electre 2018

Quatrième de couverture

Si les biopolitiques consistent à faire entrer la vie humaine en politique, en classant et en hiérarchisant les populations, en agissant sur les formes de reproduction, c'est bien sur les corps qu'elles s'exercent, et en particulier les corps des femmes. Selon les époques et les lieux, le biopouvoir s'est pratiqué sous les formes étatiques, religieuses ou privées. Dans le cadre des empires coloniaux en Amérique latine, dans les Caraïbes et en Afrique, la mondialisation des biopolitiques a donné à l'appropriation et au contrôle des femmes une autre dimension. Les études de cas qui composent cet ouvrage tentent de l'éclairer. Le contrôle du corps féminin s'est mondialisé avec l'accaparement des terres et des corps chez les peuples conquis des Amériques. L'accès immédiat au plaisir sexuel devint l'une des motivations premières de la prise de possession. Mais cette quasi-mise en esclavage avait pour objectif à plus long terme de capter la force de travail des vaincus et leurs capacités reproductives, afin d'assurer l'existence d'une main-d'oeuvre nécessaire et d'accroître les profits qu'il en était tiré, entraînant des conflits d'intérêts entre dominants et dominés. Cet ouvrage met en évidence divers fonctionnements de ce biopouvoir (administration coloniale, Églises, philanthropes, tenancières de maison close) et de leurs effets sociaux. Face à l'oppression, les femmes ont néanmoins disposé de moyens de résistance : esclaves restant obstinément stériles ou supprimant leur enfant, prostituées essayant de s'enfuir des bordels, mères congolaises boudant les visites médicales pour nourrissons... Si elles n'ont pas changé la structure des rapports de genre, de classe ou de «race», ces résistances individuelles ont laissé entrevoir une conscience qui ne manquera pas, par la suite, d'en modifier la forme.

Fiche Technique

Paru le : 14/09/2015

Thématique : Sociologie des femmes

Auteur(s) : Non précisé.

Éditeur(s) : Karthala

Collection(s) : Hommes et sociétés

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-8111-1343-6

EAN13 : 9782811113438

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 264

Hauteur : 24 cm / Largeur : 16 cm

Épaisseur : - cm

Poids : 423 g