Chargement...
Chargement...

Maurice Scève ou L'emblême de la perfection enchevêtrée : Délie, objet de plus haute vertu (1544)

Paru le : 18/12/2012
Éditeur(s) : PUF CNED
Série(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Directeur de publication : Bruno Roger-Vasselin

25,00 €
Article indisponible
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Publié en 1544, "Délie, objet de plus haute vertu" est un recueil composé de 449 dizains en décasyllabes agrémenté d'emblèmes gravés et de devises toutes les neufs pièces. Avec sa parution, la poésie française a pris un tour ésotérique. Le surnom de Délie fut donné par l'écrivain à la poétesse Pernette du Gillet, sa muse. ©Electre 2019

Quatrième de couverture

Lyon, carrefour économique et culturel dès l'Antiquité et le Moyen Âge, est à l'époque des guerres d'Italie (1494-1559) un relais important pour l'épanouissement de la Renaissance française dans sa richesse littéraire et artistique. Les sciences et la philosophie se mêlent alors aux fêtes et jeux urbains, à l'architecture, à l'archéologie, aux techniques d'édition et d'illustration pour créer des chefs-d'oeuvre insoupçonnés : en poésie amoureuse, voici la Délie de Maurice Scève. Tourmentés, lunatiques, méditatifs et soudain bienheureux, puis cédant de nouveau à l'égarement, les vers de Maurice Scève, véritable «prince» de la Renaissance lyonnaise aux dates incertaines (1501-1563 ?), dessinent une perfection qu'on dirait enchevêtrée dans l'inspiration qui la suscite. Du coup de foudre amoureux qui le paralyse au premier regard, le poète ne sort plus jamais : il reste embarrassé, «mal caut», en «pensée obscure», en «haut désir de douce piperie», et dit la complexité tortueuse et délectable de son agitation d'esprit. Le surnom de Délie, donné par Maurice Scève à la poétesse Pernette du Guillet, désigne la muse du poète lyonnais. Délie objet de plus haute vertu (1544), premier recueil français composé pour mieux s'en distancier sur le modèle du Canzoniere de Pétrarque, présente un ensemble de 449 dizains de décasyllabes - parfaite quadrature - ponctués toutes les neuf pièces d'emblèmes qui donnent un rythme, une dimension d'échappée fugitive et une portée symbolique à la quête amoureuse. Telle est la perfection enchevêtrée qui, avant Ronsard, Du Bellay et l'ensemble de la génération de la Pléiade qu'elle va influencer, s'offre à l'analyse.

Contenus Mollat en relation

Dossiers

Agrégation de Lettres 2012-2013

Pour aider les agrégatifs du concours interne et externe de Lettres Modernes et Lettres Classiques…

Fiche Technique

Paru le : 18/12/2012

Thématique : Essais et théories - Dictionnaire

Auteur(s) : Non précisé.

Éditeur(s) : PUF CNED

Collection(s) : Collection CNED-PUF. Série XVIe siècle français

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-13-060689-X

EAN13 : 9782130606895

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 300

Hauteur : 20 cm / Largeur : 15 cm

Épaisseur : 2,2 cm

Poids : 390 g