Chargement...
Chargement...

Revue du MAUSS. n° 23, De la reconnaissance : don, identité et estime de soi

Paru le : 17/06/2004
Éditeur(s) : La Découverte
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Non précisé.

30,00 €
Article indisponible
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Depuis deux décennies, on assiste à un changement de nature du conflit social. Désormais, le problème social relève plus du thème de l'identité et moins de celui des inégalités sociales. En Allemagne, aux États-Unis comme en Grande-Bretagne, la philosophie morale et politique s'interroge, montrant l'importance du débat sur l'identité comme sur celui de la reconnaissance. ©Electre 2017

Quatrième de couverture

Pendant au moins deux siècles, l'essentiel du conflit dans les sociétés modernes aura porté sur les inégalités économiques. Depuis les deux ou trois dernières décennies, au contraire, il s'organise au premier chef à partir de la question dite de la reconnaissance: qu'il s'agisse du genre, des minorités ethniques, culturelles ou religieuses, de la sexualité, mais aussi des conflits économiques eux-mêmes, tout le monde veut d'abord voir reconnue et respectée son identité, individuelle et/ou collective. Sans cette reconnaissance, qui fournit les bases de la dignité et de l'estime de soi, nous ne saurions vivre. Mais identité, respect et reconnaissance peuvent-ils se produire et se distribuer de la même manière que les biens économiques? Sont-ils même susceptibles d'être distribués de manière égale? Ces questions sont, aux États-Unis, en Grande-Bretagne et en Allemagne, au coeur des débats les plus aigus de la philosophie morale et politique contemporaine - et aussi au coeur des luttes sociales bien concrètes pour la reconnaissance, évidemment. Ce numéro, qui accueille certains des principaux protagonistes du débat, y fournit une solide introduction. Mais, au-delà, sont esquissées ici des reformulations inédites qui proposent, dans le sillage de Hegel, d'Arendt et de Marcel Mauss, de lier étroitement l'interrogation sur la reconnaissance à la question du don agonistique. Le don n'est-il pas en effet le moyen par lequel s'opère la reconnaissance de l'autre, à la fois dans son altérité et dans son identité? Par lequel on mesure sa valeur? Et, réciproquement, être reconnu, n'est-ce pas être reconnu comme un donateur généreux, que ce soit de son temps, de son énergie, de ses talents ou de son travail? Et n'est-ce pas également à ce titre qu'on est susceptible d'être estimé et de s'estimer soi-même? · Avec, sur ce thème, des contributions de: M.R. Anspach, S. Aumercier, G. Berthoud, J.-L. Boilleau, A. Caillé, M. P. di Bella, F. Flahault, N. Fraser, J. T. Godbout, S. Haber, M. Hénaff, A. Honneth, A. Iteanu, J.-P. Lambert, Ch. Lazzeri, L. Maitrier, P. H. Martins, A. Pigliaru, E. Renault, R. Sobel, M. Terestchenko, B. Viard. · Et, en libre revue, de: J.-P. Dupuy, S. Latouche, M. Mauss, J. Porcher, J. Roucloux, G. Séraphin, F. Vatin.

Fiche Technique

Paru le : 17/06/2004

Thématique : Textes de sociologues

Auteur(s) : Non précisé.

Éditeur(s) : La Découverte

Collection(s) : Non précisé.

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-7071-4246-8

EAN13 : 9782707142467

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 512

Hauteur : 23 cm / Largeur : 14 cm

Épaisseur : 3,9 cm

Poids : 636 g