Chargement...
Chargement...

La nouvelle question arménienne et les rivalités internationales : enjeux et risques au Djavaghk

Auteur : Vrej-Armen

Paru le : 28/04/2005
Éditeur(s) : SIGEST
Série(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Editeur scientifique (ou intellectuel) : Varoujan Sirapian

5,00 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Entre l'Arménie et la Géorgie, régions situées à l'intersection de la Russie, de la Turquie et de l'Iran, le Djavaghk pourrait constituer un pont entre ses grands voisins. Cette étude réalisée en 2002 et mise à jour en 2005 plaide en faveur d'un règlement pacifique des intérêts en jeu dans cette partie du Caucase, afin de préserver la stabilité économique et politique de la région. ©Electre 2018

Quatrième de couverture

Les terres à l'Est et à l'Ouest de la Caspienne sont situées au coeur d'une zone géographique en pleine mutation, où les gouvernements sont aux prises avec les impératifs géopolitiques des puissances, elles-mêmes engagées dans des luttes de clientélisme sur fonds d'enjeux politique, économique et militaire. Ces puissances se sont engagées dans une nouvelle partie du "Grand jeu", pour s'approprier cette région charnière où l'Europe rejoint l'Asie et qui sépare le Nord du Sud. Jusqu'au 15ème siècle, le bassin de la Caspienne représentait une voie de passage importante entre l'Occident et l'Orient. Cette voie de passage est connue sous le nom de Route de la Soie. Puis, l'importance de cette route, qui reliaient les parties occidentale et orientale de l'immense masse territoriale eurasiatique, déclina après la découverte des grandes voies maritimes par les Européens. L'intérêt des puissances pour la Route de la Soie déclinait aussi lorsque au 19ème siècle, la découverte du chemin de fer a bouleversé la donne géopolitique. Grâce à cette importante innovation technique, la puissance de la Grande-Bretagne - Empire maritime -, risquait de basculer en faveur de la Russie - Empire terrestre. En effet, celui des deux Empires qui réussirait à contrôler la zone géographique située autour du bassin de la Caspienne serait dès lors en mesure d'acheminer à tout instant des troupes et des armes vers le Proche et le Moyen-Orient, le sous continent indien et l'Extrême orient. Durant la Deuxième Guerre mondiale, l'Allemagne convoitait le bassin de la Caspienne autant pour sa position géographique que pour ses richesses pétrolières. La guerre sur le front de l'Est déboucha de ce fait sur une lutte à mort entre Hitler et Staline pour le contrôle de cette région décidément très convoitée. Dans les années qui précédèrent l'effondrement de l'URSS, les Etats-Unis, unique puissance maritime occidentale digne de ce nom, ont voulu, à leur tour, étendre leur influence au coeur du bassin de la Caspienne. Dans cette perspective, les Etats-Unis ont aidé le milliardaire saoudien Oussama Ben Laden, dans la lutte que menaient les fondamentalistes religieux musulmans - les moudjahidin - pour étouffer les dernières chances du peuple afghan d'obtenir une réforme économique et sociale indispensable, ainsi qu'une société laïque. Leur objectif actuel a peu varié depuis cette époque. Ils visent toujours à déstabiliser suffisamment la zone pour empêcher l'influence russe de s'exercer naturellement sur cette sphère régionale qui n'a, à leurs yeux, qu'une importance géostratégique secondaire par rapport au Moyen-Orient. Washington peut ainsi bloquer durant des années le développement d'une voie de communication terrestre essentielle entre l'Europe et l'Asie. L'effervescence autour de l'oléoduc Bakou-Ceyhan, qui ne sera vraisemblablement pas construit avant 2008 au moins, ne vise en réalité qu'un seul but : envelopper le Djavaghk, l'Arménie et l'Artsakh dans un cordon militaire turc, pour les séparer de la Russie. Et ainsi contraindre l'Arménie à fermer sa frontière avec l'Iran (position américaine) ou à céder celle-ci à l'Azerbaïdjan (position turque), contre un accès limité à la mer Noire. Situé dans une région montagneuse, le Djavaghk, qui s'étend sur un territoire presque exclusivement peuplé d'Arméniens, regroupe deux départements : Akhalkalak et Ninotsminda. Il partage une frontière commune avec les provinces arméniennes de Kars et Ardahan sur environ 80 à 90 kilomètres sur son flanc sud-ouest et avec la République d'Arménie sur environ 45 à 50 kilomètres sur son flanc sud-est. Le bassin de la Caspienne recèle des enjeux mais aussi des risques considérables pour les Etats de la région et l'Europe. Ce rapport essaye de donner quelques clés pour mieux comprendre ces enjeux et risques dont Djavaghk fait partie.

Fiche Technique

Paru le : 28/04/2005

Thématique : Sciences politiques - Généralités

Auteur(s) : Auteur : Vrej-Armen

Éditeur(s) : SIGEST

Collection(s) : Rapports géopolitiques, n° 1

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-9512187-4-5

EAN13 : 9782951218741

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 28

Hauteur : 30 cm / Largeur : 21 cm

Épaisseur : 0,2 cm

Poids : 100 g