Chargement...
Chargement...

Stanley Cavell, le cinéma et le scepticisme

Auteur : Elise Domenach

Paru le : 28/09/2011
Éditeur(s) : PUF
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Philosophies, n° 216
Contributeur(s) : Non précisé.

12,50 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus
epub
9,99 €
Protection: Aucune
Acheter en numérique

Résumé

Cet ouvrage parcourt les trois premiers livres philosophiques de S. Cavell, à la recherche de catégories nouvelles permettant de construire une esthétique capable d'exprimer et de domestiquer notre scepticisme. Dans cette esthétique, le cinéma (notamment les films hollywoodiens et avant-gardistes) joue un rôle privilégié. ©Electre 2019

Quatrième de couverture

Stanley Cavell, le cinéma et le scepticisme Dans les oeuvres d'art nous trouvons exprimés nos difficultés à être les auteurs de nos vies et de nos mots, notre sentiment de séparation des autres et du monde : « notre scepticisme ordinaire » (Cavell). Mais l'expérience des oeuvres nous offre aussi de dépasser notre sentiment d'isolement, d'exprimer nos goûts et de tester les limites de nos accords. En 1963, vingt ans avant les célèbres cours de Deleuze sur le cinéma à Vincennes, Stanley Cavell (1926-) proposait aux étudiants de Harvard de chercher dans les films une éducation. En repartant de la signification et de l'importance des oeuvres pour nous, il jetait les bases d'une « esthétique ordinaire » qui travaille à reconnaître notre scepticisme vécu. Sa réinterprétation de l'un des plus vieux problèmes philosophiques implique de lire et d'interpréter des oeuvres d'art modernistes, des films hollywoodiens ou avant-gardistes qui nous apprennent à ressaisir nos liens ordinaires avec le monde et les autres. Dans ses premiers essais sur la musique, la peinture et le théâtre (réunis dans Dire et vouloir dire) et dans son livre sur Walden de Thoreau (Sens de Walden), Cavell élabore de « nouvelles catégories critiques » (signification-importance, modernisme, médium, projection) pour penser la capacité du cinéma à exprimer notre scepticisme et nous apprendre à le domestiquer (La Projection du monde). Dans ces trois livres, écrits entre 1958 et 1972, chemine davantage qu'une philosophie du cinéma : la « promesse » d'une éducation par le cinéma, d'une philosophie transformée par le cinéma.

Contenus Mollat en relation

Dossiers

De quoi l'exercice et l'expression philosophiques sont-ils le nom ?

Stanley Cavell ou « la question originante du philosophe » (1) . De L'exigence de rationalité aux Voix de la raison, l'hommage à Thompson Clarke.

Fiche Technique

Paru le : 28/09/2011

Thématique : Textes des Philosophes

Auteur(s) : Auteur : Elise Domenach

Éditeur(s) : PUF

Collection(s) : Philosophies, n° 216

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-13-056973-0

EAN13 : 9782130569732

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 174

Hauteur : 18 cm / Largeur : 12 cm

Épaisseur : 1,3 cm

Poids : 155 g