Chargement...
Chargement...

Entre terreur rouge et peste brune, la Belgique livide, 1918-1940 : la diplomatie belge face aux Juifs et aux antisémites

Auteur : Bertrand Herremans


44,90 €
Chargement...
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Une étude des opinions et décisions de la diplomatie belge dans l'entre-deux-guerres. Face à une situation européenne tourmentée, la Belgique est bousculée par les vagues succesives du communisme et du nazisme, et tâtonne dans ses jugements sur les Juifs et les antisémites. ©Electre 2020

1918. Les canons se taisent, mais la joie de la victoire, très brève, cède vite la place à l'amertume et à l'angoisse. Ces sentiments saisissent tout particulièrement les élites. Ainsi, un groupe encore trop méconnu, le corps diplomatique, essentiellement catholique, panique : son hégémonie sociale et politique est questionnée. Dans un premier temps, leurs craintes se focalisent sur le péril rouge : refusant le changement d'époque, les diplomates haïssent et craignent le Juif, associé à l'internationalisme communiste, révolutionnaire, républicain et athée. Dès cette époque, plusieurs axes s'imposent dans le regard porté par les diplomates sur les Juifs et les antisémites : les thématiques intemporelles de la juste mesure, de l'extrémisme, de la violence, les statuts de victimes et de bourreaux, l'intégrité territoriale et l'unité belges. Au milieu des années vingt, la situation internationale se stabilise et l'Église condamne certaines dérives antisémites. Le concept d'« ennemis de la nation et de la foi », associés aux judéo-bolcheviques, perd du terrain. Les fissures au sein du monde catholique s'accentuent. Mais l'accession d'Hitler au pouvoir modifie bien plus la donne. Non seulement le corps diplomatique dénonce le nazisme comme menace suprême sur la paix européenne et redistribue les rôles entre Juifs et antisémites, mais la politique allemande contraint aussi les Belges à se positionner lors des négociations internationales. Le gouvernement belge et ses représentants aux conférences pour les réfugiés tiennent un double discours. Ils cherchent à tranquilliser les secteurs de l'opinion, fragilisée par un chômage de masse et fantasmant sur un déferlement prochain d'étrangers. Mais en même temps, ils veulent donner des gages aux quelques personnalités qui dénoncent, à raison, le cynisme, le manque d'humanité, de solidarité et l'absence d'état de droit véritable de cette politique. Ces deux thématiques, la peur et la haine de l'autre d'une part, la question de l'asile et du statut des réfugiés de l'autre, sont d'une dramatique actualité. À travers ce livre, on trouvera quelques clés utiles pour une réflexion et pour une remise en perspective face à des questions qui ne sont pas nouvelles... « Ce livre nous rappelle, d'abord, que la Cité chrétienne fut, dès l'origine, largement antijuive et, ensuite, que la peur du Rouge fut bien mauvaise conseillère. » Rudy Démette Ministre-Président du Gouvernement Wallon et de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Fiche Technique

Paru le : 21/11/2012

Thématique : Europe et politiques européennes

Auteur(s) : Auteur : Bertrand Herremans

Éditeur(s) : A. Versaille éditeur

Collection(s) : Histoire

Contributeur(s) : Préfacier : Joël Kotek

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-87495-196-X

EAN13 : 9782874951961

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 237

Hauteur : 25 cm / Largeur : 16 cm

Épaisseur : 1,8 cm

Poids : 444 g