Chargement...
Chargement...

Quand on chantait les colonies : colonisation et culture populaire de 1830 à nos jours

Paru le : 19/06/2002
Éditeur(s) : Syllepse
Série(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Auteur : Claude Liauzu - Auteur : Josette Liauzu

19,00 €
Article indisponible
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

La colonisation vues à travers les chansons populaires françaises. Elles reflètent les divers courants dans l'opinion publique en matière de colonialisme et racisme selon les périodes des XIXe et XXe siècles. ©Electre 2017

Quatrième de couverture

Au moment où la remontée des mémoires concernant la colonisation prend une importance sans précédent et pose de nombreux problèmes tant politiques que scientifiques, l'étude de la chanson projette un éclairage nouveau sur cette réalité et sur son héritage actuel. Emanation séculaire de la culture populaire, devenue produit de consommation de masse, elle permet de ne pas s'en tenir à une histoire au sommet et d'analyser les mentalités, les représentations. Associant mélodies, paroles et images, elle fournit une riche documentation longtemps injustement négligée. Porteuse des passions politiques, la chanson conteste ou approuve l'expédition d'Alger et la conquête de l'Indochine. Au cours du 19e siècle, la tendance qui l'emporte est un ralliement progressif, de plus en plus affirmé à l'expansion outre-mer. En 1931, l'impact d'une chanson anticolonialiste d'Aragon est dérisoire, face aux gaudrioles qui accompagnent l'Exposition coloniale ou aux solennités commémorant le «Centenaire de l'Algérie». Mais cette adhésion de l'opinion à la plus Grande France ne constitue pas une culture impériale. La chanson en traduit les étroites limites : nationalisme volontiers chauvin, sentiment de supériorité envers les autres «races», exotisme et érotisme. On est bien loin du fardeau de l'homme blanc. Les silences sont tout aussi intéressants. Sur la guerre d'Algérie, rien ou presque, en dehors du Déserteur de Boris Vian. Tout ne finit donc pas par des chansons. Il est vrai que cette histoire n'est pas close : la nostalgie coloniale est très présente dans le paysage audiovisuel, et, plus intéressant, les enfants et petits-enfants des colonisés d'hier jouent leur propre partition dans les musiques de «toutes les couleurs», de la world music.

Fiche Technique

Paru le : 19/06/2002

Thématique : Migrations

Auteur(s) : Non précisé.

Éditeur(s) : Syllepse

Collection(s) : Histoire, enjeux et débats

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-913165-80-X

EAN13 : 9782913165809

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 251

Hauteur : 22 cm / Largeur : 15 cm

Épaisseur : 1,5 cm

Poids : 388 g