Chargement...
Chargement...

Les économies de l'Afrique centrale 2006

Auteur : Nations unies. Commission économique pour l'Afrique. Bureau sous-régional pour l'Afrique centrale

Paru le : 04/01/2007
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Préfacier : Hachim Mamadou Koumaré - Préfacier : Louis Sylvain-Goma

32,00 €
Article indisponible
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Bilan de la situation économique et sociale en Afrique centrale à partir des indicateurs 2004-2005. Aborde la problématique de réduction de la pauvreté, l'état d'avancement du processus d'intégration régionale et l'importance du financement des investissements privés comme perspective de développement pour la zone CEEAC. Dresse le profil des 11 pays membres. ©Electre 2017

Quatrième de couverture

Les pays de la Communauté Économique des États de l'Afrique centrale ont enregistré en 2005 une croissance soutenue qui s'est établie à 7,3 %. Cette performance s'explique particulièrement par le dynamisme du secteur pétrolier angolais et la reprise des activités économiques rendue possible par la fin des conflits en République Démocratique du Congo et en République Centrafricaine. Ce résultat est néanmoins en retrait par rapport à 2004 (année durant laquelle la croissance a atteint plus de 8 %) en raison du ralentissement de l'activité pétrolière en Guinée Équatoriale et au Tchad. Il est prévu pour 2006 une croissance encore plus forte qu'en 2004 avec 9,2 %. Cette croissance sera essentiellement tirée par la production pétrolière en hausse constante en Angola conjuguée à des cours du pétrole record qui sont restés élevés (largement au-dessus de 70 dollars) pendant les huit premiers mois de 2006. Bien qu'il faille se réjouir de cette croissance record (la seconde en trois ans) il ne faut pas oublier qu'elle cache de grandes disparités entre pays de la sous-région. La plupart des taux de croissance de ces derniers demeurent encore inférieurs au taux de référence de 7 % nécessaire pour réduire la pauvreté de moitié d'ici 2015. Par ailleurs, les pays d'Afrique centrale demeurent fragiles, et ne disposent pas des instruments efficaces leur permettant de minimiser les conséquences des chocs internes (aléas climatiques, instabilité politique, etc.) et externes (volatilité du cours des matières premières). Le manque de diversification économique est un facteur qui vient aggraver la vulnérabilité des économies, notamment pétrolières, de la sous-région Les gouvernements d'Afrique centrale doivent, par conséquent, continuer à fournir des efforts pour la mise en place des conditions favorables au développement de moteurs internes de croissance qui contribueraient à atténuer l'exposition de la sous-région aux chocs internes et externes. Ils doivent pour ce faire veiller (I) au renforcement de la stabilité macroéconomique, (II) à une plus grande transparence et à une meilleure gestion des revenus pétroliers, (III) à la promotion de la diversification économique et enfin (iv) au développement du secteur privé. Le Bureau sous-régional pour l'Afrique centrale de la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique est basé à Yaoundé au Cameroun. De vocation pluridisciplinaire, un de ses principaux domaines de réflexion est l'analyse économique et l'appui à la formulation des politiques économiques. Sa mission essentielle est de soutenir le processus d'intégration en Afrique centrale

Fiche Technique

Paru le : 04/01/2007

Thématique : Actualité Economie

Auteur(s) : Auteur : Nations unies. Commission économique pour l'Afrique. Bureau sous-régional pour l'Afrique centrale

Éditeur(s) : Maisonneuve et Larose Servedit

Collection(s) : Non précisé.

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-7068-1982-0

EAN13 : 9782706819827

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 251

Hauteur : 24 cm / Largeur : 17 cm

Épaisseur : 1,4 cm

Poids : 495 g