Chargement...
Chargement...

L'appel du sauvage : refaire le monde dans les bois

Paru le : 05/04/2012
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Essais
Contributeur(s) : Directeur de publication : Sergio Dalla Bernardina

18,00 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

La réhabilitation du sauvage dans la société va de pair avec celle de la prédation : si, avec la moralisation du rapport à la nature, les chasseurs ont diminué, la consommation de gibier, la chasse et la cueillette augmentent. Les contributions réunies se penchent sur ces prélèvements effectués au dépens d'une nature de plus en plus protégée et néanmoins qualifiée de sauvage. ©Electre 2018

Quatrième de couverture

Il y a encore peu de temps, tout laissait croire à une moralisation irréversible de notre rapport à la nature. La propagation des stages de sensibilisation à l'environnement, la dissémination dans le paysage rural de panneaux indiquant ce qu'il faut voir et pourquoi, la diffusion de nouveaux concepts du genre «biodiversité», «développement durable», «éco-responsabilité» semblaient annoncer la fin imminente des approches à l'environnement basées sur la prédation. Plusieurs indices, cependant, montrent que le «prédatoire», pour ainsi l'appeler, est loin d'être derrière nous. Si les chasseurs ont diminué (mais pour quelles raisons ? et jusqu'à quand ?) la consommation de gibier augmente. Les pêcheurs continuent de pêcher. Et les cueilleurs, dont le nombre s'agrandit, n'arrêtent pas de cueillir. Comment expliquer ce regain d'intérêt pour les activités de capture ? Par la réhabilitation, toute récente, du monde sauvage (désormais mieux connu sous le nom de Wilderness). Ce changement de perspective n'est pas sans effets collatéraux. Sur le plan matériel, nous assistons à la multiplication anarchique de certaines espèces (sangliers, cervidés, renards et autres «nuisibles») qui s'entassent aux portes des villes. Des manipulations symboliques accompagnent cette prolifération. Dans la mesure où la prédation est remise en valeur, les prédateurs le sont aussi. Et avec eux, toute une série de bêtes et bestioles qui dans les bestiaires médiévaux et dans le folklore représentaient les vices et représentent, aujourd'hui, la vertu.

Fiche Technique

Paru le : 05/04/2012

Thématique : Risques et pollutions

Auteur(s) : Non précisé.

Éditeur(s) : Presses universitaires de Rennes

Collection(s) : Essais

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-7535-1831-9

EAN13 : 9782753518315

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 214

Hauteur : 23 cm / Largeur : 14 cm

Épaisseur : 1,7 cm

Poids : 300 g