Chargement...
Chargement...

De mémoire de femmes : l'histoire racontée par les femmes, de Louis XVI à 1914

Auteur : Suzanne Fiette

Paru le : 29/08/2002
Éditeur(s) : Perrin
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Pour l'histoire
Contributeur(s) : Non précisé.

23,00 €
Article indisponible
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

L'histoire de France de la veille de la Révolution à celle du premier conflit mondial, les grands événements et l'évolution de la vie quotidienne vus par les femmes. Etude de l'évolution des mentalités et de la place des femmes dans la société à travers l'étude de lettres et de souvenirs laissés par des femmes de classe sociale élevée, davantage spectatrices qu'actrices de leur temps. ©Electre 2018

Quatrième de couverture

Sur plus d'un siècle, du règne de Louis XVI à la veille de la Grande Guerre, la mémoire féminine s'est attachée aux ruptures et aux mutations sociales de ces temps de révolutions. Exclues de l'action, réduites à l'observation ou à l'influence mondaine, des dames de cour ou de la haute société ont tenté de décrire mais aussi d'expliquer leurs expériences successives, de comprendre l'enchaînement historique. A partir de leurs souvenirs et de leurs lettres, l'auteur brosse la fresque d'une histoire de France vue par les femmes. La première génération est politique, et juge le passé comme responsable du présent : les inconsciences de l'Ancien Régime engendrent une Révolution, la Révolution le despotisme, mais également la renaissance sociale et la fusion impériales ; l'émigration provoque la longue division du royalisme, et d'abord l'illusion mortelle de la Contre-Révolution. Malgré le rejet commun d'une Révolution devenue sanglante et spoliatrice, la plupart d'entre elles ont été imprégnées de la culture et des valeurs des Lumières : liberté, mérite, utilité, et ce patriotisme qui voit aussi dans l'unité nationale la sauvegarde d'une élite adaptée à son temps, faisant du préjugé de naissance un réalisme politique. 1848 est une coupure majeure, avec la menace d'une révolution sociale, la révélation des utopies socialistes qui ont nourri déjà l'expression de nouveaux féminismes, ouvriers et intellectuels : les temps, désormais, ne cesseront plus d'être «révolutionnaires». Dans une bonne société de plus en plus amalgamée, la religion devient le critère politique essentiel, facteur espéré de stabilité hiérarchique, mais menant souvent, aussi, à l'indifférence politique. Croissante depuis le début du XIXe siècle, l'étroitesse défensive de l'éducation des filles contraste non seulement avec la liberté féminine du temps des Lumières, mais avec l'aspiration à une émancipation qui serait une nouvelle adaptation, non à la politique, mais à une société en pleine modernisation. Fondée sur la culture volontaire et l'adoption mondaine de la littérature et des arts, cette conquête de la liberté personnelle entraîne la prédominance spontanée de l'autobiographie, et la description de la société à travers elle.

Fiche Technique

Paru le : 29/08/2002

Thématique : Autres biographies

Auteur(s) : Auteur : Suzanne Fiette

Éditeur(s) : Perrin

Collection(s) : Pour l'histoire

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-262-01692-5

EAN13 : 9782262016920

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 380

Hauteur : 24 cm / Largeur : 16 cm

Épaisseur : 3 cm

Poids : 560 g