Chargement...
Chargement...

Entrer en ville : colloque de l'Université d'Orléans, 26-27 octobre 2001

Paru le : 30/08/2006
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Histoire
Contributeur(s) : Directeur de publication : Françoise Michaud-Fréjaville - Directeur de publication : Noëlle Dauphin - Directeur de publication : Jean-Pierre Guilhembet - Editeur scientifique (ou intellectuel) : EQUIPE TERRITOIRES DE L'IDENTITÉ (Orléans) - Préfacier : Jean-Pierre Guilhembet

24,00 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus
0,00 €
Protection:
Acheter en numérique

Résumé

Etudes historiques, de la Rome antique au XIXe siècle européen, sur le sens et les symboles de "l'entrée en ville" : franchir une porte monumentale, passer un pont... Analyse les anciens rituels urbains, les cérémonies d'entrée des souverains ou des magistrats, les éléments qui marquent la distinction entre quartiers centraux et périphériques, etc. ©Electre 2018

Quatrième de couverture

Entrer en ville Comment entre-t-on en ville ? Cela paraissait simple au temps des bonnes murailles : sous l'oeil vigilant des gardes, on franchissait une porte monumentale, on passait un pont. La beauté de l'entrée était signe de puissance. Mais les villes n'ont pas toujours eu murs, fossés et clefs et aujourd'hui n'en n'ont plus... En 2001 une vingtaine de spécialistes, urbanistes, historiens et juristes ont confronté à Orléans leurs points de vue sur le sujet. À la lecture de la quinzaine de communications proposées ici, on se rend compte, comme le souligne une introduction magistrale, qu'« entrer en ville » est un acte multiforme. Connaître l'endroit de la distinction entre le dehors et le dedans : est-ce si simple pour des cités où les différents seuils sont encore mal connus dans leur chronologie et leurs emplacements exacts ? Rome, abordée ici par trois fois de l'Antiquité au XVIIe siècle, semble un cas d'école ! L'historiographie souligne l'importance des liturgies des déplacements des souverains : les cérémonies d'entrée des magistrats italiens, des évêques (à Orléans) et même des coeurs des rois et des princes défunts enrichissent désormais l'analyse des anciens rituels d'accueil urbains. Le franchissement individuel festif ne saurait de toutes façons avoir les mêmes caractères que l'intrusion de phénomènes collectifs, qu'ils soit militaires juridiques ou religieux. La ville finit par englober les tentacules habitées qui accompagnaient les voies d'accès : les octrois firent sortir à la fin de l'Ancien Régime la ville de ses limites traditionnelles et, à l'inverse, des quartiers périphériques récemment réunis ou fraîchement édifiés ont dû assumer leur nouvelle urbanité. Nous savons que cela ne fut jamais sans tensions, sans perception de la différence. Entrer en ville, descendre ou monter en ville, sortir de la ville ne sont donc pas de simples déplacements dans un espace territorial défini. Nous avons ici une riche réflexion sur des mouvements complexes.

Fiche Technique

Paru le : 30/08/2006

Thématique : Histoire de France - Généralités

Auteur(s) : Non précisé.

Éditeur(s) : Presses universitaires de Rennes

Collection(s) : Histoire

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-7535-0260-9

EAN13 : 9782753502604

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 326

Hauteur : 24 cm / Largeur : 16 cm

Épaisseur : 2,8 cm

Poids : 582 g