Chargement...
Chargement...

Forêt et eau : XIIIe-XXIe siècle

Paru le : 07/09/2007
Éditeur(s) : L'Harmattan
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Editeur scientifique (ou intellectuel) : Andrée Corvol - Editeur scientifique (ou intellectuel) : Groupe d'histoire des forêts françaises (Paris)

31,00 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus
pdf
23,25 €
Protection: Digital watermarking
Acheter en numérique

Résumé

L'ouvrage privilégie sept axes concernant l'association de l'eau et de la forêt, parmi lesquels : protéger et valoriser les zones humides ; conserver et améliorer la qualité de l'eau ; employer l'eau pour éteindre et prévenir les incendies ; connaître les exigences en eau des essences forestières ; réduire les ravages de l'eau sur les pentes et dans la plaine. ©Electre 2018

Quatrième de couverture

Forêt et eau XIIIe-XXIe siècle On a tenu des congrès sur l'Eau au plan international comme au plan national dès la fin du XIXe siècle. Tous insistaient sur le rôle de la forêt dans la lutte contre l'érosion et la régularisation des climats. C'était le signe d'une mobilisation sans précédent, car l'opinion publique avait été sensible aux calamités météorologiques, celles des États-Unis, avec les grands froids des années 1880, et celles des inondations en Europe dont la facture restait à payer. Depuis lors, les travaux des spécialistes ont nuancé les conclusions hâtives qu'on prononça alors et l'on avança des hypothèses nouvelles, mais non moins pessimistes. En la matière, peu importait que les travaux relèvent des sciences de l'Homme ou de la Terre. Qu'en est-il aujourd'hui de notre connaissance des phénomènes anciens et actuels ? Sommes-nous moins ou plus catastrophistes que nos ancêtres ? En effet, voilà longtemps qu'on associe « Eau et Arbre » : on sait qu'un grand ligneux a besoin, pour survivre et prospérer, de mobiliser les réserves hydriques du sol et que ses exigences varient selon l'espèce, la station, la saison ; on sait aussi que ces données changent quand l'arbre n'est pas isolé, mais immergé dans une société d'arbres où interfèrent faune et flore. Cela conditionnait les plantations et les reboisements. Pourtant, on eut du mal à en prendre conscience. Or ces plantations, ces reboisements, on les faisait pour lutter contre les conséquences des inondations, tel le ravinement des sols, la destruction des maisons, la ruine des villages de haute montagne. Dans la période retenue, XIIIe-XXIe siècle, l'ouvrage privilégie sept axes : . Protéger et valoriser les zones humides . Conserver et améliorer la qualité de l'eau . Employer l'eau pour éteindre et prévenir les incendies . Connaître les exigences en eau des essences forestières . Réduire les ravages de l'eau sur les pentes et dans la plaine . Évacuer les excédents d'eau en forêts trop humides ou/et submersibles . Exploiter la force et la hauteur de l'eau pour assurer le transport des bois

Fiche Technique

Paru le : 07/09/2007

Thématique : Histoire de France - Généralités

Auteur(s) : Non précisé.

Éditeur(s) : L'Harmattan

Collection(s) : Non précisé.

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-296-03809-3

EAN13 : 9782296038097

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 355

Hauteur : 24 cm / Largeur : 16 cm

Épaisseur : - cm

Poids : 610 g