Chargement...
Chargement...

Abductions : treize essais sur des oeuvres du temps présent; Suivi de L'oeuvre et son interprétant

Auteur : Christian Besson

Paru le : 26/06/2006
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Non précisé.

10,00 €
Expédié en 2 à 7 jours
Livraison à partir de 0,01 €
Retrait gratuit en magasin

Résumé

Chacun de ces essais part d'un détail qui a retenu l'attention de l'auteur dans des oeuvres d'artistes contemporains : l'indexation indéfinie des écrans de Cécile Bart, les problèmes d'enveloppe et d'épaisseur dans les oeuvres d'Hubert Duprat, le désoeuvrement comme forme inattendue de souveraineté chez John M. Armleder ou encore le mot ventilation employé par Daniel Dezeuze... ©Electre 2016

Quatrième de couverture

Le titre de ce recueil a été choisi pour son opacité, non sans amusement. Il a ainsi le mérite de ne pas risquer de passer pour un quelconque mot d'ordre ! Il provient de Charles Sanders Peirce, le fondateur de la sémiotique, qui l'inventa entre de nombreux autres néologismes dont il se rendit coupable. Abduction désigne chez lui la forme d'inférence - distincte de la déduction et de l'induction - que l'on fait lorsque, partant d'un constat singulier, on suppose qu'il pourrait être un cas relevant d'une règle plus générale. Umberto Eco a attiré l'attention sur l'importance de cette sorte d'hypothèse selon laquelle le sens pragmatique repose sur des présupposés d'ordre inférentiel. Le raisonnement par abduction, décrit par les sémioticiens, régit en particulier la méthode indiciaire des historiens - celle d'Aby Warburg ou celle de Carlo Ginzburg. Chacun des essais recueillis dans le présent volume part d'un détail qui a retenu l'attention : l'usage commun à Mario Merz et aux futuristes de certaines formes, sortes de chiffres de la création ; l'indexation indéfinie des écrans de Cécile Bart proposée comme version visuelle d'une logique du vague ; les problèmes d'enveloppe et d'épaisseur dans les oeuvres de Hubert Duprat, ouvrant sur des considérations géologiques ; l'érection de l'éclairage chez Michel Verjux, comme allégorie moderne ; le désoeuvrement, comme forme inattendue de souveraineté, chez John M. Armleder ; deux citations de Céline dans les carnets de Richard Fauguet, conduisant à Bakhtine et au dialogisme ; deux titres d'oeuvres de Gottfried Honegger, renvoyant à une forme renouvelée de religion de l'art ; ce qu'avaient de commun les postures de l'usager du Site de David Boeno et de l'humaniste de la Renaissance ; le terme «gastrosophe» appliqué à Daniel Spoerri, le rattachant à une tradition où se rencontre Rabelais ; une déclaration de François Morellet sur son incroyance, fil conducteur insoupçonné de ses revirements apparents ; la diversité même des moyens d'expression employés par Peter Downsbrough, comme principe moderniste de traductibilité généralisée ; un curieux texte sur le théâtre mis dans un catalogue par Patrick Saytour à qui il était demandé tout autre chose ; le mot «ventilation» employé par Daniel Dezeuze à l'époque du reflux des idéologies. L'entreprise en son entier développe de la sorte les intuitions les plus fertiles de la microhistoire ; engagée dans le refus de la critique de circonstance, elle est une vive défense et illustration de la méthode monographique.

Fiche Technique

Paru le : 26/06/2006

Thématique : Généralités Histoire de l’Art

Auteur(s) : Auteur : Christian Besson

Éditeur(s) : Musée d'art moderne et contemporain de Genève

Collection(s) : Non précisé.

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-940159-37-8

EAN13 : 9782940159376

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 317

Hauteur : 24 cm / Largeur : 17 cm

Épaisseur : 2,0 cm

Poids : 600 g