Chargement...
Chargement...

La peinture infamante : du XIIIe au XVIe siècle

Auteur : Gherardo Ortalli

Paru le : 15/11/1994
Éditeur(s) : G. Monfort
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Imago mundi
Contributeur(s) : Traducteur : Fabienne Pasquiet - Traducteur : Daniel Arasse

40,70 €
Article indisponible
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Une enquête sur un genre pictural lié à l'exercice de la justice. Il s'agissait, en Italie, à partir de la 2e moitié du XIIIe siècle, de "frapper l'individu dans sa dignité et son honneur", en plus des peines d'amende et de prison souvent décrétées par contumace. Certains crimes et délits entraînaient des représailles officielles pour lesquelles un peintre tenait le rôle d'exécuteur. ©Electre 2017

Quatrième de couverture

«Il existe, dans l'ensemble du système pénal, un cas particulier, celui de ces peines "infamantes" qui ont fait très longtemps partie des pratiques juridiques et judiciaires les plus normales...» Ainsi commence l'enquête menée par Gherardo Ortalli sur un genre pictural lié à l'exercice de la justice. Il s'agissait, en Italie, à partir de la seconde moitié du XIIIe siècle, de «frapper l'individu dans sa dignité et son honneur», en plus des peines d'amende ou de prison souvent décrétées par contumace. Un certain nombre de crimes ou délits (trahison, malversation, banqueroute) entraînaient des représailles officielles pour lesquelles un peintre, célèbre parfois dans un tout autre registre (Andrea del Castagno, Botticelli, Andrea del Sarto), tenait le rôle d'exécuteur. Dans des lieux très fréquentés, le condamné était figuré dans une pose grotesque, parfois flanqué de ses parents et alliés et environné de symboles transparents (sacs d'argent, démons, etc.). Une légende permettait de l'identifier, le réalisme du «portrait» n'étant pas toujours flagrant. Par toutes ces caractéristiques, la peinture infamante s'affirme comme intrinsèquement populaire. Son histoire est intimement liée à celle du droit, mais aussi, par-delà celle de l'art, à l'histoire politique et sociale, car elle se développa particulièrement dans certaines villes d'Italie et s'inscrit dans une période précise. Le présent ouvrage apporte donc sa contribution à l'histoire des mentalités en faisant la lumière sur une pratique d'autant plus méconnue qu'un certain nombre de ses témoignages, du fait d'une actualité changeante, n'ont été conservés que par l'intermédiaire des textes.

Fiche Technique

Paru le : 15/11/1994

Thématique : Histoire de la peinture

Auteur(s) : Auteur : Gherardo Ortalli

Éditeur(s) : G. Monfort

Collection(s) : Imago mundi

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-85226-076-X

EAN13 : 9782852260764

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 136

Hauteur : 24 cm / Largeur : 17 cm

Épaisseur : - cm

Poids : 325 g