Chargement...
Chargement...

Matisse et l'arbre : Musée Matisse, Le Cateau-Cambrésis

Paru le : 22/10/2003
Éditeur(s) : Hazan
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Non précisé.

38,00 €
Article indisponible
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Exposition sur les oeuvres de Matisse ayant pour thème l'arbre, et marquées par une recherche de symbiose entre l'homme et la nature ou par les dessins d'arbres d'artistes chinois. Etudie la récurrence du motif végétal et de l'arbre dans l'oeuvre de Matisse, lors de ses séjours dans le Midi en 1898, à Paris, à Nice à partir de 1917, à Tahiti en 1930..., dans ses illustrations de Mallarmé, etc. ©Electre 2017

Quatrième de couverture

Le thème de l'arbre a accompagné Matisse pendant toute sa carrière. Il y revient à des périodes chaque fois qu'il veut retrouver une certaine solidité ou des certitudes qui prennent leurs racines dans une tradition picturale ancestrale : Cézanne, Poussin, les artistes chinois... Il en va ainsi dès son séjour corse puis toulousain, premier contact avec le Sud, qui lui apporte en 1898 la révélation de la couleur et lui donne la liberté nécessaire pour générer sa première révolution artistique. À Paris, au bord de l'Oise, puis à Saint-Tropez ensuite, l'arbre sert à structurer le paysage et posera à nouveau la correspondance avec Cézanne. Autour des années 1915, Matisse arrive à la simplification presque abstraite du paysage par de violentes oppositions d'ombre et de lumière dans lesquelles les arbres sont traduits par des rythmes épurés. Son arrivée à Nice à la fin de 1917, et sa fréquentation de Renoir, installé à Cagnes, au milieu d'oliviers centenaires, l'engagent vers une peinture de paysages et de dessins d'arbres observés, analysés et beaucoup plus réalistes, qui sont un retour à la perspective et au rendu traditionnel. En 1930, l'expérience de l'arbre lors de son séjour à Tahiti est celle du rythme qui lie la terre au ciel. De retour en France, Matisse utilise ces dessins pour faire les gravures à l'eau-forte destinées à illustrer les poèmes de Mallarmé. Pendant les années 1940, Matisse cherche à accomplir « le signe de l'arbre ». Il peint d'immenses platanes, objets de contemplation, qui deviennent le support de son émotion et il taille dans des papiers gouachés un motif d'arbre pour la première chasuble lors de son travail à la chapelle de Vence. L'arbre est source d'énergie, de ressourcement, de fusion charnelle quand il joue de sa mythologie pour illustrer les poésies de Ronsard. De la diversité des espèces végétales, il cherche à fixer le « caractère commun ». « Il existe donc une vérité essentielle à dégager du spectacle des objets à représenter. C'est la seule vérité qui importe. » C'est le propre de l'artiste de toucher à cette vérité qui le rend créateur d'infini en participant, dans la communion avec la nature, à l'invention du monde. Quand le peintre à la fin de sa carrière conquiert l'arbre solitaire dans sa magnificence qu'il peint sur les murs de la salle à manger de Tériade, il rejoint le poète dans le paradis dont le jardin est l'emblème.

Fiche Technique

Paru le : 22/10/2003

Thématique : Histoire de la peinture

Auteur(s) : Non précisé.

Éditeur(s) : Hazan

Collection(s) : Non précisé.

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-85025-905-5

EAN13 : 9782850259050

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 205

Hauteur : 29 cm / Largeur : 24 cm

Épaisseur : - cm

Poids : 1300 g