Chargement...
Chargement...

Cézanne et l'argent : salons, marchands et collectionneurs

Auteur : Maryline Assante di Panzillo

Paru le : 12/10/2011
Éditeur(s) : RMN-Grand Palais
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Non précisé.

9,90 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Régulièrement refusé au Salon qui était alors le garant de l'académisme en peinture, Cézanne exposa ses œuvres au Salon des refusés, autorisé par Napoléon III. A partir des relations du peintre avec les tenants du goût officiel, cet ouvrage présente une histoire du marché de l'art, de la constitution des collections et des courants picturaux de la fin du XIXe siècle. ©Electre 2019

Quatrième de couverture

Sa vie durant, Cézanne présentera régulièrement ses toiles au Salon où il sera toujours refusé, hormis une fois en 1882, lorsqu'il propose un « portrait de M.L.A » qui pourrait être celui de son père, Louis Auguste Cézanne lisant Événement (couverture). Durant des décennies, l'oeuvre de Cézanne ne rencontrera guère d'amateurs et le peintre survivra grâce à la pension versée par ce père banquier. Violemment critiqué par les tenants de l'académisme qui forment le noyau dur des jurés du Salon, Cézanne est exclu des cimaises officielles. Avec d'autres artistes d'avant-garde, les futurs impressionnistes, il défie l'hégémonie du Salon en participant à des expositions privées. Dans les années 1880, les impressionnistes ont conquis la reconnaissance du public. Seul Cézanne reste oublié. Trop provocante, trop scandaleuse dans sa modernité, sa peinture n'est appréciée que d'une poignée d'amateurs, tels le docteur Gachet et Victor Chocquet, et de ses amis peintres. Un jeune marchand, Ambroise Vollard, a l'audace d'organiser dans sa galerie la première exposition personnelle de l'artiste en 1895. Et c'est le succès, les prix des « Cézanne » s'envolent. N'en déplaise aux critiques académiques qui continuent de vitupérer, les collectionneurs affluent dans la boutique de Vollard tandis que les jeunes artistes néo-impressionnistes, les nabis et ceux que l'on appellera bientôt les « fauves » vénèrent Cézanne comme leur « maître à tous ». À travers les démêlés de Cézanne avec les tenants du goût officiel en peinture, cet ouvrage propose à la fois une histoire du marché de l'art, de la constitution des collections et des différents courants picturaux qui se sont opposés à la fin du XIXe siècle pour aboutir à la naissance de l'art moderne.

Fiche Technique

Paru le : 12/10/2011

Thématique : Monographies de peintres

Auteur(s) : Auteur : Maryline Assante di Panzillo

Éditeur(s) : RMN-Grand Palais

Collection(s) : Non précisé.

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-7118-5921-5

EAN13 : 9782711859214

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 137

Hauteur : 19 cm / Largeur : 11 cm

Épaisseur : 1,1 cm

Poids : 126 g