Chargement...
Chargement...

L'architecture au temps de la Pléiade

Auteur : Yves Pauwels

Paru le : 15/11/2002
Éditeur(s) : G. Monfort
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Non précisé.

34,61 €
Article indisponible
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

L'architecture prend au XVIe siècle une dimension nouvelle, marquée par un apprentissage plus intellectuel. Cet ouvrage propose une analyse de cette architecture fondée sur les catégories rhétoriques et poétiques qui président alors à la création littéraire des grands auteurs de la Renaissance. ©Electre 2017

Quatrième de couverture

En 1549, Henri II faisait à Paris une «triomphale entrée». Cette consécration du nouveau pouvoir était en même temps celle d'une nouvelle culture : mise en scène par Jean Martin, humaniste et grand traducteur, la cérémonie faisait intervenir l'élite des jeunes poètes de la Pléiade en même temps qu'une génération de sculpteurs et d'architectes pleine d'avenir. Avec Ronsard et du Bellay, la poésie s'y exprimait avec une grandeur neuve ; quant à l'architecture, elle prenait une dimension encore inédite, et les Jean Goujon, Pierre Lescot ou Philibert De L'Orme, rejoints par Jean Bullant et Jacques Androuet du Cerceau, auraient pu former une «brigade» en tout point comparable à celle des poètes. Comme ces derniers, ils aspirent à un nouveau statut intellectuel autant que social ; une telle promotion passe par un apprentissage de type plus intellectuel, qui ne se contente plus des traditionnelles méthodes des chantiers mais qui, s'inspirant des méthodes pédagogiques des humanistes, métamorphose le vieux savoir-faire en une discipline rationnellement formalisée. De ce point de vue, le rôle de l'Italien Serlio, venu en France en 1541, est déterminant : grand pédagogue apportant la culture et la méthode, il fut à nos bâtisseurs ce que Dorat fut aux poètes. Mais la nouvelle architecture française ne saurait se résumer à une copie des modèles antiques ou italiens ; en outre, de même que Ronsard et ses compagnons rejettent le style de Marot, elle entend rompre avec l'art charmant mais léger de la Renaissance ligérienne. Elle se développe selon une originale rhétorique de la grandeur, et prétend à une hauteur de style que lui confèrent un langage vitruvien recréé, une culture antique assimilée selon des critères bien précis, une abondance et une variété d'idées et de motifs décoratifs sans équivalent. Sous Henri II, la parole du poète comme le discours de l'architecte, devenant «altiloques», tendent au sublime. L'ouvrage propose une analyse de cette nouvelle architecture fondée sur les catégories rhétoriques et poétiques qui président alors à la création littéraire des grands auteurs de la Renaissance, d'Erasme à Montaigne.

Fiche Technique

Paru le : 15/11/2002

Thématique : Monographies d'architectes Autres pays

Auteur(s) : Auteur : Yves Pauwels

Éditeur(s) : G. Monfort

Collection(s) : Non précisé.

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-85226-549-4

EAN13 : 9782852265493

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 176

Hauteur : 21 cm / Largeur : 15 cm

Épaisseur : - cm

Poids : 288 g