Chargement...
Chargement...

Dissertation sur le jardinage de l'Orient. Suivi de Lettre du frère Attiret, jésuite, peintre au service de l'empereur de la Chine, à Monsieur D'Assaut (1743)

Paru le : 30/07/2003
Éditeur(s) : G. Monfort
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Emblemata
Contributeur(s) : Auteur : William Chambers - Traducteur : M. Fréret

14,00 €
Article indisponible
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Texte sur la conception architecturale et sur les idées paysagistes de création et des styles de jardin à adopter de W. Chambers, architecte et écrivain spécialisé dans l'art oriental. Montre l'influence de l'apport de l'art oriental en Europe et surtout en Angleterre dans l'évolution des théories esthétiques à la fin du XVIIIe siècle. ©Electre 2018

Quatrième de couverture

William Chambers (1723-1796) a marqué la vie artistique du XVIIIe siècle anglais surtout comme architecte. On lui doit notamment la célèbre Somerset House de Londres, construite entre 1776 et 1786. Après des voyages de jeunesse au Bengale et en Chine, ce fils de marchand écossais revint en 1749, ayant fait fortune et libre de suivre sa vocation d'architecte. Il entra au service de la famille royale pour devenir en 1782 le principal architecte des bâtiments du Roi et l'un des proches de George III. Chambers est moins connu comme paysagiste, peut-être à cause de la sensible différence de style qui se laisse voir entre ses conceptions architecturales néoclassiques et ses idées sur le jardin. Dans ce domaine, il puise son inspiration et ses conceptions dans ses souvenirs de voyage, ce qui fait de lui l'un des «jardiniers» les plus originaux d'Angleterre. Ce décalage le classe au nombre des acteurs majeurs du développement de l'art du paysage qui fleurit alors outre-Manche entre mode et esthétique. Cette Dissertation pittoresque et polémique est donc un texte capital pour la compréhension de l'évolution des théories esthétiques au sens large, dans cette époque bouillonnante de la seconde moitié du XVIIIe siècle. On y voit combien l'apport de l'ailleurs, combien la mode d'un exotisme auquel le lecteur moderne est encore davantage sensible, sont essentiels dans une période dominée par le sensualisme hédoniste, en Angleterre comme à travers toute l'Europe. Notes de voyage fourmillant de tableaux pittoresques et d'expériences sublimes, dissertation théorique pleinement engagée dans les débats qui agitent le monde de l'esthétique autour de la question du paysage, ce texte rare, sous la plume du trésorier de la Royal Academy, alors présidée par Reynolds, s'offre à nous comme un instructif divertissement. Il nous permet de mieux saisir les origines de conceptions sur les rapports entre nature et culture, sur l'esthétisation des représentations de l'environnement qui,, aune époque marquée par la réflexion sur l'écologie, sont encore, à bien des égards, les nôtres. Il constitue également un exemple précoce d'échange culturel, comme l'image d'une ébauche de mondialisation esthétique placée sous le signe du plaisir. On trouvera ici en complément la délicieuse Lettre du frère Attiret, de laCompagnie de Jésus, écrite en 1743. Ce texte antérieur d'une trentaine d'années,à l'ambition bien moindre, permet de mettre en perspective l'apport théorique de Chambers en montrant un aspect de la tradition de l'exotisme dans laquelle il s'insère. Tout comme la Dissertation de l'architecte britannique, il apporte au lecteur du XXIe siècle quelques effluves du parfum enivrant d'un ailleurs à jamais inaccessible. Document de couverture: I.S.Helman, Mémoires concernant les chinois, 1786, vol 12, eau-forte.

Fiche Technique

Paru le : 30/07/2003

Thématique : Paysagisme

Auteur(s) : Non précisé.

Éditeur(s) : G. Monfort

Collection(s) : Emblemata

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-85226-553-2

EAN13 : 9782852265530

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 93

Hauteur : 20 cm / Largeur : 13 cm

Épaisseur : - cm

Poids : - g