Chargement...
Chargement...

Christian Jean dit Cazaux, Michel Itturia et Michel Pétuaud-Létang

Publié le 01/01/2014
Le bilboquet, aux éditions ADans les salons Albert Mollat
« Au Bilboquet, une simple ficelle de quelques centimètres, peut chasser nos doutes et nous offrir le plaisir d'oublier les brûlures du monde et recréer un lien dans une société atomisée, absente d'empathie, de mesure du temps, de sa lenteur. Cette ficelle nous invite à considérer la carte du visible. Elle est le lien à la vie, (...)

Christian Jean dit Cazaux n'est pas ignorant de la symbolique. S'il a choisi de traiter par le théâtre le bilboquet et la qualité de sa ficelle, c'est pour évoquer, l'air de rien et sous une forme décalée, tout le champ que celui-ci peut ouvrir à notre imagination. »