Chargement...
Chargement...

Cynthia Fleury

Publié le 01/01/2014
Les irremplaçables, aux éditions GallimardDans les salons Albert MollatLA RENCONTRE SERA RETRANSMISE EN DIRECT sur mollat.com
Nous ne sommes pas remplaçables.
L'État de droit n'est rien sans « l'irremplaçabilité » des individus. L'individu, si décrié, s'est souvent vu défini comme le responsable de l'atomisation de la chose publique, comme le contempteur des valeurs et des principes de l'État de droit. Pourtant, la démocratie n'est rien sans le maintien des sujets libres, rien sans l'engagement des individus, sans leur détermination à protéger sa durabilité. Ce n'est pas la normalisation – ni les individus piégés par cette normalisation – qui protège la démocratie. La protéger, en avoir déjà le désir et l'exigence, suppose que la notion d'individuation – et non d'individualisme – soit réinvestie par les individus.
Avoir le souci de l'État de droit , comme l'on a le souci de soi est un enjeu tout aussi philosophique que politique.

Après Les Pathologies de la démocratie et La Fin du courage, Cynthia Fleury poursuit sa réflexion sur « l'irremplaçabilité » de l'individu dans la régulation démocratique. Au croisement de la psychanalyse et de la philosophie politique, Les Irremplaçables est un texte plus que jamais nécessaire pour nous aider à penser les dysfonctionnements de la psyché individuelle et collective.