Chargement...
Chargement...

Laurence Kahn

Publié le 01/01/2014
Le psychanalyste apathique et le patient postmoderne, aux éditions de l'OlivierDans les salons Albert Mollat
La psychanalyse devrait, paraît-il, assouplir sa méthode, s'adapter aux patients, simplifier son appareil théorique, renoncer à toute prétention scientifique, s'en tenir à une pratique clinique « à visage humain », dont l'intersubjectivité, le relativisme, la critique de l' « autoritarisme » de l'analyste sont, avec le primat de l'affect, les maîtres mots d'une nouvelle pratique. C'est cette tendance, largement répandue dans la psychanalyse américaine aujourd'hui, qui est examinée. Elle se donne à elle-même le nom de psychanalyse postmoderne.

Historienne et helléniste avant de devenir psychanalyste, Laurence Kahn est membre de l'Association Psychanalytique de France. Elle est actuellement Directeur de publication de L'Annuel de l'APF.
Chargement...