Chargement...
Chargement...

Henry Russell (1834-1909) : une vie pour les Pyrénées

Auteur : Monique Dollin Du Fresnel

Paru le : 21/01/2009
Éditeur(s) : Sud-Ouest
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Référence
Contributeur(s) : Non précisé.

Un coup de coeur de Mollat

Editée à l'occasion du centenaire de la mort de Henry Russell, cette biographie ressemble à un roman d'aventures.

Un gentilhomme irlandais,Thomas-John Russell, très catholique bien sûr,  épouse une aristocrate française, Marie-Ferdinande de Grossoles-Flamarens. Leur premier fils, Henry, naît en 1834 à Toulouse.

Quelques années plus tard, la famille s'installe à Pau et Henry découvre les Pyrénées avec sa mère et son petit frère, Franck. Ce mondain, élégant et contemplatif est un grand marcheur. Il trouve un épanouissement dans « ses » montagnes. Ses études terminées, en 1856, Henry embarque pour le Pérou, ce voyage  dure 18 mois. Puis  il part pour un second voyage vers l'Amérique du Nord ; il y fait une analyse très lucide du sort des Indiens, et il étend cette compassion aux esclaves noirs (nous sommes à 4 ans de la guerre de Sécession).

A son retour, Henry rejoint ses parents à Luz, dans les Pyrénées et il fait l'ascension de l'Ardiden et du Néouvielle. Par quatre fois, il entreprend la conquête du Mont-Perdu dans des conditions météorologiques éprouvantes.

Son projet de grand voyage reste intact, il veut repartir vers l'Asie. En 1858, il démarre un périple par la Russie, gagne la Chine, rejoint le Japon et part vers l'Australie début 1860. Il passe quelques mois en Nouvelle-Zélande et y découvre les monts  Kaïkouras, il s'y égare et manque perdre la vie.
Son voyage continue vers l'Inde, l'Egypte, la Turquie….

Henry rentre en France l'été 1861 et, 15 jours plus tard fait l'ascension du Vignemale. Notre bel aventurier va tomber amoureux à Biarritz de Maud, fille d'évêque anglican. Les oppositions parentales, religieuses surtout, mais également financières sont irrévocables. Henry vit ce chagrin très difficilement et il ne se mariera jamais, malgré les insistances paternelles.

Désormais sa vie est consacrée à l'exploration des Pyrénées. Seul ou avec des guides, il entreprend de multiples courses et réalise une trentaine de « premières ».
Il fonde une société de montagnards, la société « Ramond » ; il fait fabriquer un sac en peau d'agneau pour dormir à la belle étoile ! Il réalise une première hivernale sur  le Vignemale.

En 1881, Henry décide de faire creuser une grotte dans le Vignemale, considérant qu'il n'est plus de son âge de vivre à la dure ! Quelques années plus tard, devant le succès de sa « villa Russell », il fait percer une seconde caverne pour les guides. Viendra ensuite une troisième, pour les dames.

Il écrit beaucoup et publie « Souvenirs d'un montagnard ».
Il obtient une concession du Vignemale, dont la location annuelle est d'un franc. En 1904, à 70 ans, il fait sa trente-troisième ascension du Vignemale, ce sera la dernière.
Il  meurt à Biarritz début 1909 et est enterré à Pau.

Henry Russell est considéré comme le fondateur du pyrénéisme et un précurseur dans l'ascension des sommets de plus de 3000 mètres.
18,00 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Biographie du fondateur du pyrénéisme par sa petite-nièce. Pendant plus de cinquante ans, Henry Russell a parcouru les Pyrénées, effectuant de nombreuses ascensions de sommets de plus de 3.000 mètres, dont le Vignemale. ©Electre 2017

Quatrième de couverture

Henry Russell (1834-1909) Une vie pour les Pyrénées Le comte Henry Russell-Killough (1834-1909) appartient à la légende des conquérants des cimes pyrénéennes de la seconde moitié du XIXe siècle. Avant de consacrer sa vie aux Pyrénées, cet aristocrate moitié irlandais et moitié gascon complète ses connaissances par des voyages lointains : Amérique du Sud, puis du Nord, Russie, Sibérie, Chine, Japon, Australie, Nouvelle-Zélande, Inde... Le récit de ses voyages inspire Jules Verne. À son retour, il se fixe définitivement à Pau et vit difficilement un chagrin d'amour dont il a du mal à se remettre. Les Pyrénées vont le guérir. Considéré comme le fondateur du pyrénéisme, il arpente la chaîne pendant plus de 50 ans, y faisant la plupart des « premières » sur les pics de plus de 3 000 mètres, et finit par se fixer sur le Vignemale qui devient sa résidence d'été. Il y fait creuser sept grottes et le loue pour 99 ans. Commencent alors des villégiatures mémorables dans un faste et une magnificence insolites à ces hauteurs. Son époque le considère comme un original et un excentrique, la nôtre comme un précurseur et un visionnaire. Routard, écologiste et humaniste avant l'heure, il partage ce qu'il voit, ce qu'il pense, ce qu'il ressent. Très documentée, cette biographie éditée pour le centenaire de sa mort est sans nul doute l'ouvrage le plus complet et le plus inédit sur Henry Russell.

Contenus Mollat en relation

Dossiers

Mollat Vox 29

La voix des libraires

Fiche Technique

Paru le : 21/01/2009

Thématique : Sports individuels

Auteur(s) : Auteur : Monique Dollin Du Fresnel

Éditeur(s) : Sud-Ouest

Collection(s) : Référence

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-87901-924-9

EAN13 : 9782879019246

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 461

Hauteur : 24 cm / Largeur : 16 cm

Épaisseur : 3,4 cm

Poids : 710 g