Chargement...
Chargement...

Club Ados Mollat : la sélection

Publié le 07/02/2005
Samedi 15 janvier 2005 a eu lieu la toute première réunion de Club Ados Mollat !

C'est dans une ambiance détendue que huit participants sont venus partager leurs coups de cœur : Mathilde, Solenn, Alexandra, Roxane, Mathilde, Valentine, Arnaud et Pierre.

Mathilde nous a présenté Harry Potter et l'ordre du Phœnix de J.K. Rowling.
Elle en a apprécié le côté « ado » : Harry Potter et ses amis ont grandi et cela se sent dans le récit. On retrouve l'ambiance des précédents épisodes même si, tous les lecteurs étaient unanimes, la noirceur domine. Le retour récurrent de Voldemort est également un moteur dans la lecture.

La discussion a été vive autour de ce roman car beaucoup l'avaient lu. Il semble que le tome V du jeune sorcier ne fasse pas l'unanimité en comparaison des autres tomes. Valentine fait remarquer très justement que ce dernier volume ne semble comporter aucune finalité, mais elle reconnaît l'avoir beaucoup aimé grâce aux personnages auxquels on s'attache. Arnaud, lui, revendique le fait de ne pas lire Harry Potter. Il se révolte contre ce qu'il appelle « la pompe à fric ». Roxane quant à elle, n'aime pas l'aspect irrationnel et préfère les lectures réalistes. Certains attendent cependant le tome VI avec impatience.

Pierre était venu « pour voir », mais il s'est tout de suite impliqué dans la discussion. Il nous a parlé du Clan des Otori de Lian Hearn (cycle en 3 tomes) qui raconte les aventures d'un jeune garçon, Takéo, dans le Japon du XVème siècle. Pierre nous a avoué avoir « tout aimé » dans cette épopée et en particulier le style de narration qui alterne le récit du héros avec celui d'un narrateur extérieur, l'aspect historique, l'action, le lyrisme et le suspens qui s'en dégagent.

Sophie Ducharme, qui elle-même avait lu et adoré le Clan des otori, a conseillé à Pierre de lire La pierre et le sabre de Eiji Yoshikawa. C'est un roman du rayon adulte où l'on retrouve cette même ambiance fascinante du Japon.

Valentine a choisi Simple de Marie-Aude Murail.
Un roman tendre dont l'humour aide à mieux comprendre la gravité du sujet : un jeune homme de 17 ans refuse que son frère, Simple, âgé de 22 ans, soit laissé dans une institution pour handicapés mentaux. Simple a trois ans d'âge mental et a pour seul confident son lapin en peluche avec lequel il partage des dialogues savoureux. Ils vont réussir à s'installer dans un appartement en colocation avec quatre jeunes, non sans mésaventures…
Le réalisme, l'humour et la générosité qui se dégagent du roman ont beaucoup touché Valentine qui a également apprécié le fait que l'auteur ne porte aucun jugement. Marie-Aude Murail nous montre que le plus simple n'est pas toujours celui que l'on croit…

Solenn nous a fait partager sa passion pour La reine du fleuve de Éva Ibbotson.
Il s'agit de l'histoire d'une orpheline qui part s'installer au Brésil chez des cousins éloignés et va y vivre de nombreuses aventures. Honnête dans sa critique, Solenn nous a avoué un départ de lecture décevant. Mais au fil du récit, elle a rapidement été prise dans l'action au point de ne plus pouvoir décrocher ! Elle a été captivée par le côté historique et naturaliste du roman qui lui a fait découvrir un pays qu'elle ne connaissait pas. Elle a donné à tous ceux qui ne l'avaient pas lu une folle envie de le découvrir ! Elle a également conseillé le roman du même auteur L'étoile de Kazan.

Arnaud nous a fait part de son admiration pour Italo Calvino à travers trois de ses œuvres : Le baron perché, Le vicomte pourfendu et Le chevalier inexistant . A travers un travail très approfondi justifiant son choix et une lecture de passages représentatifs du style de l'auteur, il nous a tous convaincus de lire ces œuvres qui sont classées « adulte » .

Mathilde, suite à ce qu'Arnaud venait de dire, a eu envie d'évoquer Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire de Lemony Snicket.
Elle nous a indiqué avoir été très attirée par la quatrième de couverture qui déconseille au lecteur d'ouvrir le livre. Et après avoir avancé dans le récit, elle dit n'être en aucun cas déçue de son «audace» et aimer le style de l'auteur.

Elle a ensuite présenté l'ouvrage qu'elle avait choisi pour la séance : Journal d'une sorcière de Célia Rees. Il s'agit de la vie d'une jeune fille qui fuit l'intolérance et les soupçons et part se réfugier en Amérique, terre d'accueil qu'elle imagine bienveillante. Mais elle s'aperçoit que les gens ont beau traverser les océans, souffrir mille maux, ils conservent leur intransigeance inouïe. On découvre dans ce roman la terrible histoire véridique des sorcières de Salem. Le côté roman historique a passionné Mathilde car il lui a fait découvrir toute une époque ; de plus, l'écriture sous forme d'un journal intime lui a permis de mieux s'identifier au personnage.

Caroline, la libraire... [ voir la suite ]

Chargement...