Chargement...
Chargement...

L'économie Verte

Publié le 16/03/2011
Le monde politico-médiatique semble déterminé à abréger 2011 pour mieux se plonger dans la bataille des présidentielles de 2012. Mais ce n'est pas une raison pour oublier les dossiers de fonds.  Et parmi les sujets de préoccupation majeure à ne pas négliger en ces temps de crise, l'économie verte s'il vous plaît !Profitons donc du temps qu'il nous reste avant la prochaine grande échéance électorale française pour revoir un thème sur lequel tous les candidats devraient être incollables. Avenir du monde oblige.
Une introduction simple, utile, quasi-romancée et illustrée vous est offerte par l'essai publié par Pascal Canfin en avril 2007, L'économie verte expliquée à ceux qui n'y croient pas. L'auteur, ancien journaliste de la revue Alternatives Économiques, est désormais député européen "Europe Écologie - Les Verts" et propose ici une vision pragmatique des enjeux économiques, selon le prisme de l'écologie politique. En passant certaines idées reçues à la loupe (non l'écologie ne vous demande pas de revenir à la chandelle, oui cela permet de créer de l'emploi, non la France n'accueille pas toute la misère du monde, etc.), il en arrive à formuler des propositions concrètes pour démontrer que l'écologie rime avec avenir de l'économie.

Dans un ouvrage plus complexe et d'un format très différent, mais avec la volonté affichée de « réconcilier l'écologie avec l'économie pour former l'économie verte » Philippe Jurgensen, professeur à Sciences-Po Paris et directeur de l'Autorité de contrôle des assurances, prend le parti de défendre l'économie de marché avec L'économie Verte, publié en février 2009 aux éditions Odile Jacob. Pour lui, les mécanismes économiques traditionnels peuvent être efficaces si l'écologie (entendez les économies d'énergies, la réduction des émissions polluantes, l'investissement dans les énergies renouvelables, les technologies propres ou le retraitement des déchets) devient rentable. Ceci étant, l'auteur ne cesse de critiquer les approches décroissantes sans y apporter d'arguments contradictoires irréfutables et donne l'impression de vouloir rester dans les frontières confortables de l'économie classique.  

Aller au-delà des frontières, c'est justement le travail effectué par Tim Jackson, économiste britannique auquel nous avons déjà consacré un coup de cœur pour l'ouvrage Prospérité sans croissance et dont les analyses permettent d'adopter un nouveau regard sur l'économie, au-delà des clivages caricaturaux souvent effectués entre les chantres de la décroissance et les partisans de la croissance verte. Ce livre est d'ores et déjà une référence dans le monde de la réflexion économique sur les thématiques écologiques.  

Mais deux autres ouvrages vous permettront d'affiner votre position sur l'économie verte.

Le premier a été écrit par Jean-Marc Jancovici (expert des questions énergétiques) et Alain Grandjean (économiste) et s'intitule C'est maintenant, 3 ans pour sauver le monde, publié en janvier 2009 aux éditions du Seuil. Les deux auteurs ont choisi l'optique du plaidoyer pour faire passer leurs idées qu'ils assènent avec force au travers d'un « crash programme » détaillé dans le dernier chapitre : réalisation d'économies d'énergies massives, basculement de la fiscalité du travail à une fiscalité appliquée « aux ressources en général et l'énergie en particulier », réaménagement de la campagne, rénovation des bâtiments, rénovation de nos habitudes de mobilité, etc. De quoi revoir le positionnement des choix publics en profondeur.  

Le second, et dernier ouvrage de cette sélection, s'intitule L'Abeille et l'économiste, de Yann Moulier Boutang, paru en mai 2010 chez Carnets Nord. Avec cette lecture, vous aborderez plus en détail les mécanismes de la finance de marché, en prenant le temps de revenir sur les logiques du système et les crises qui l'ont récemment ébranlé. Une petite révision bienvenue avant de plonger dans l'ensemble des transformations subies par le système actuel, en commençant par le passage d'une économie de l'échange et de la production à une économie de pollinisation et de contribution. Prenant le temps de rappeler les principes du monde vivant, l'économiste tisse également des liens avec la révolution numérique avant de décrire plus en détail la notion de capitalisme cognitif, pièce maîtresse de sa réflexion dont on ne pourra qu'apprécier l'effort de conceptualisation.



Anne-Sophie Novel d'Écolo-Info
Chargement...