Chargement...
Chargement...

Le maître de Providence vous convie à découvrir son héritage !

Une actualité de Libraires BD/Manga
Publié le 22/07/2022
Vibrez, frissonnez et voyagez dans les recoins les plus sombres et mystérieux de notre monde avec les adaptations de l'œuvre de H.P Lovecraft en bande dessinée

85 années après sa disparition, Howard Phillips Lovecraft continue de faire fantasmer et d'émerveiller les plus férus de sensations fortes d’entre vous !
Ayant créé un univers de science-fiction horrifique des plus foisonnant, son impact se fait ressentir dans différentes créations modernes tout support confondu : la littérature, la bande dessinée, le manga, le cinéma et même le jeu vidéo.

De pair avec notre sélection, nous vous proposons avec ce dossier un petit retour sur quelques unes des créations les plus fameuses faites autour du défunt Lovecraft.


En juin 2022 est paru Le bestiaire du crépuscule de Daria Schmitt aux éditions Dupuis. Dans cet ouvrage nous suivons Providence (beau clin d'œil), gardiens de parc en proie à de violentes hallucinations. Sans trop vous en dire, nous retrouvons le bestiaire issu de l'imaginaire de Lovecraft mais également un bien bel hommage à la nouvelle L’étrange maison haute dans la brume (qui plus est se retrouve magnifiquement illustré en fin de livre).

Petit flashforward. En 2007, le mangaka Gou Tanabe s’illustre en mettant en image Je suis d’ailleurs dans le recueil L’outsider. Par la suite il démontre sa maestria en adaptant avec brio Les montagnes hallucinées, La couleur tombée du ciel, Le cauchemar d’Innsmouth ou encore L’appel de Cthulhu. La sphère du manga a donc eu le droit à de très belles et fidèles adaptations, mais qu’en est-il de bande dessinée traditionnelle ?

En 1974, le génie graphique Alberto Breccia, accompagné de Norberto Buscaglia, propose une adaptation de quelques unes des plus fameuses nouvelles de l’écrivain américain (dont Le cérémonial, Le monstre sur le seuil, Celui qui chuchotait dans les ténèbres ou encore une des meilleures avec La cité sans nom) dans le recueil Les mythes de Cthulhu aux éditions Rackham. L’ouvrage est à mi-chemin entre bande dessinée et textes purs, en effet ici c’est le dessin qui dessert le récit, aucune bulle n’est présente seul le texte de base, à la virgule prêt, est retranscrit. De plus, le livre profite de différents styles de médium pour la création graphique des histoires : collage, pinceau, lavis… De ce fait, chaque nouvelle profite d’un style graphique différent aidant à coller au mieux à la situation de l’histoire : réaliste, abstrait, expérimental… Il est ici question d’un travail d’atmosphère bluffant qui rend un bien bel hommage au maître de Providence.

En 2014, Lalia Horacio adapte à son tour une pluralité de courtes histoires avec Les cauchemars de Lovecraft : L’appel de Cthulhu et autres récits de terreur aux éditions Glénat. Ici c’est Dagon, Le molosse, L’alchimiste ou encore Je suis d’ailleurs qui passent sous le crayon de Horacio. Au total ce n’est pas moins de 18 nouvelles qui sont transposées en bande dessinée. Ici nous pourrions parler de double hommage avec, d’une part le choix et la qualité des textes adaptés proposés, et dans un second temps hommage graphique avec un style rappelant le style graphique des récits de science-fiction et d’aventures pulp de EC Comics (The Haunt of fear ou encore Weird science) collant parfaitement à une transposition de Lovecraft en bande dessinée.

Toujours en 2014, Florent Calvez et Rotomago nous livrent U-29 chez Akileos d’après Lovecraft. L’histoire se situe en 1917 au sein d’u-boot (sous-marin allemand), après avoir envoyé par le fond un cargo britannique, l’équipage retrouve un marin décédé accroché au bastingage du submersible. Il se trouve que le défunt était en possession d’une idole en ivoire qui semble commencer à semer le trouble dans l’esprit des soldats allemands. Construit comme un huis clos paranoïaque, U-29 utilise tous les gimmicks chers à l'œuvre de Lovecraft : paranoïa ambiante, folie des hommes, culte sectaire… 

2012, Erik Kriek est à l'œuvre sur l’adaptation de 5 nouvelles de l’écrivain dans L’invisible et autres contes fantastiques chez Actes Sud - l’an 2. Dans l’ouvrage nous pouvons retrouver les textes Je suis d’ailleurs, Dagon mais aussi Le cauchemar d’Innsmouth. Des différentes œuvres que nous avons traité, la transposition de Kriek serait, graphiquement parlant, la plus abordable pour qui voudrait pleinement aborder le style Lovecraftien.

Enfin en 2022, Richard Nolane et Manuel Garcia profitent du début d’année pour nous proposer une nouvelle série répondant au nom de Arkham Mysteries avec le premier volume intitulé Le ciel des Grands Anciens. Dans ce début de récit, Seth Armitage se trouve être la cible d’un culte sectaire vouant adoration aux Grands Anciens, une race de Dieux extraterrestres souhaitant dominer le monde des Hommes. Avec l’aide d’une journaliste et de H.P Lovecraft lui-même, Armitage devra remonter la piste de ses poursuivants et faire face aux puissances cosmiques. 
Avec Arkham Mysteries vous êtes en présence d’un récit digne héritier des histoires pulps des années 50 avec un croisement entre Indiana Jones et X-Files. Un début de série divertissant qui, sans être une adaptation, arrive à cerner plus que bien l’esprit Lovecraftien.



Au cinéma il n’existe pas de réelles adaptations de l'œuvre de Lovecraft (hormis La couleur tombée du ciel de Richard Stanley en 2019), seulement des métrages s’en inspirant. En 1982 (une année riche en chef-d'œuvre avec Rambo First Blood, Fitzcarraldo ou encore Blade Runner) sort The Thing de John Carpenter. The Thing se déroule en 1982 en Antarctique au sein d’une base scientifique américaine infiltrée par un organisme extraterrestre ayant la particularité de pouvoir prendre l’apparence de n’importe quel être vivant. De ce fait, chaque membre de l’équipe commencera à douter de l’identité de ses camarades. Le fait est que The Thing se démarque des films de genre et d’horreur standards de l’époque grâce à son ambiance paranoïde, son antagoniste cosmique cherchant à prendre l'ascendant sur la race humaine mais également son discours sur la nature humaine que le réalisateur John Carpenter (à l’image de H.P Lovecraft) juge comme profondément méfiante, égocentrique et mauvaise. Message que le réalisateur continuera de développer dans sa "trilogie de l’apocalypse” (Prince des ténèbres et Dans l’antre de la folie) qui peut être vue comme une adaptation fidèle des thèmes présents dans l'œuvre de l’écrivain de Providence.


Dans la sphère du jeu vidéo, Lovecraft aura également laissé une empreinte non négligeable. En 2018 sort sur PC, PS4 et XBOX One le jeu Call Of Cthulhu ou nous suivons le personnage de Edward Pierce, vétéran de la première guerre mondiale enquêtant sur l’île de Blackwater et souhaitant empêcher coûte que coûte le retour de Cthulhu et des grands anciens sur Terre. Librement adapté de L’appel de Cthulhu, le soft est une magnifique surprise construit comme un jeu d’énigmes poussant le joueur à résoudre des puzzles et à interroger des suspects pour avancer dans l’aventure.

Autre adaptation mais du Cauchemar d’Innsmouth cette fois et qui fera vibrer votre fibre nostalgique avec un titre sorti en 2005. Call of Cthulhu : Dark corners of the earth vous fera incarner le détective Jack Walters enquêtant sur la disparition d’un homme lié au culte des Grands Anciens dans la ville d’Innsmouth.

Autre incursion dans l’univers de Lovecraft, mais plus discrète cette fois, avec The Sinking City. Jeu d’action et d’énigme, le soft nous met dans la peau de Charles Reed, lui aussi vétéran de la Grande Guerre, et évoluant dans la ville d’Oakmont où la secte des Grands Anciens est déjà présente. 

Comme vous avez pu le voir le jeu-vidéo est également un vaste terrain sur lequel plusieurs scénaristes se sont essayés à l’exercice d’adapter le foisonnant univers de Lovecraft, et ce avec beaucoup de succès en basant les boucles de gameplay sur des enquêtes et préférant la fuite et la dissimulation à l’action comme dans la plupart des écrits du maître de Providence.



L’adaptation peut être un exercice complexe, surtout avec des auteurs aussi sombres et complexes que Lovecraft. Dans les différents cas que nous vous avons présentés, la manœuvre est plus que réussie. Les styles éclectiques, la vision des auteurs mais également le travail d’inspiration et de réinterprétation sont autant de qualités que vous pourrez retrouver dans notre sélection.

Lovecraft en bande dessinée